Le taux d'inflation bondit à 9% au Royaume-Uni : un record en 40 ans

Le taux d'inflation se situait à 7 % à la fin du mois de mars. Aujourd'hui, il a bondi à 9 %.

La Libre Eco avec AFP
L'inflation s'explique par la hausse des prix de l'énergie.
L'inflation s'explique par la hausse des prix de l'énergie. ©AFP

L'inflation a bondi à 9 % en avril sur douze mois au Royaume-Uni, un record en 40 ans, principalement à cause de l'énergie, ce qui devrait accentuer la crise du coût de la vie et les pressions sur Downing Street pour agir. C'est une très forte envolée mensuelle comparé à mars (7 %), selon le rapport mensuel publié mercredi par l'Office national des statistiques (ONS).

Les prix en avril ont été tirés à la hausse "par une poussée brusque dans les prix de l'électricité et du gaz" à cause d'un relèvement du plafond tarifaire, a commenté Grant Fitzner, économiste de l'ONS. "Des augmentations abruptes sur un an du coût des métaux, des produits chimiques et du pétrole brut se sont aussi poursuivies" entraînant à la hausse les prix de sortie d'usine, ajoute-t-il.

Le ministre des Finances Rishi Sunak a fait valoir dans un communiqué que "les pays à travers le monde font face à une inflation en hausse" et que celle d'avril au Royaume-Uni vient de l'énergie, stimulée par les cours sur les marchés mondiaux. "Nous ne pouvons protéger les gens totalement de ces défis mondiaux mais apportons un soutien notable où nous le pouvons, et nous tenons prêts à faire plus", a-t-il ajouté.

Les critiques s'accumulent contre l'action du gouvernement considérée comme insuffisante au regard de la crise du coût de la vie, alors que des millions de Britanniques doivent désormais restreindre leurs repas ou leur chauffage.

Lundi, le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE) avait qualifié la situation d'"apocalyptique" pour les prix alimentaires et averti que l'inflation, partie pour dépasser 10 % cette année au Royaume-Uni, pourrait monter encore plus haut si l'Ukraine, gros producteur de blé notamment, ne parvient pas à exporter ses récoltes. Les responsables de la BoE estiment que "80 %" de l'inflation était due à la hausse des prix de l'énergie, dopés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Les 20 % restants s'expliquent notamment par un marché du travail très tendu au Royaume-Uni, notamment dans la foulée du Brexit.

Le Royaume-Uni est particulièrement dépendant au gaz dans son mix énergétique, et donc vulnérable à la flambée des cours mondiaux des hydrocarbures, comparé à d'autres pays comme la France, qui tire son électricité largement du nucléaire.

Les gouvernements de l'UE ont par ailleurs mieux protégé les ménages de la hausse que le gouvernement britannique, fait valoir Paul Dales, de Capital Economics, interrogé par l'AFP.

"Pressions immenses"

"Nous ne pouvons plus attendre que ce gouvernement, déconnecté des réalités, agisse", a fustigé la responsable des Finances pour le parti d'opposition travailliste, Rachel Reeves, affirmant que son parti allait tenter de faire voter un "budget d'urgence".

Le Premier ministre conservateur Boris Johnson a toutefois répété mercredi au Parlement son opposition à une taxe exceptionnelle sur les recettes faramineuses des géants pétroliers et gaziers, réclamée par beaucoup pour financer des aides aux factures pour les plus démunis.

"Les compagnies pétrolières prévoient d'investir 70 milliards de livres dans l'économie sur les années à venir et sont déjà taxées à 40 %", a justifié Boris Johnson, affirmant toutefois que son gouvernement "bien sur étudierait toutes les mesures qui ont du sens".

D'après le quotidien The Times, Rishi Sunak prépare un plan pour augmenter les réductions sur les factures de chauffage ainsi que des baisses d'impôts. Des porte-parole du Trésor britannique n'avaient pas répondu aux demandes de commentaires de l'AFP dans l'immédiat.

La Fédération britannique de l'alimentation et des boissons (FDF) a pour sa part insisté sur "les pressions immenses" sur les entreprises du secteur avec des coûts des ingrédients "en hausse constante depuis un an à cause de l'encombrement de la chaine d'approvisionnement mondiale dû à la pandémie". L'invasion de l'Ukraine par la Russie "a aggravé la situation".

Mardi, l'ONS avait dévoilé un taux de chômage britannique au plus bas depuis 1974 à 3,7 %, mais signalé que l'inflation mangeait les salaires réels.

La flambée des prix devrait amener la BoE à relever encore son taux directeur, actuellement à 1 %, ce qui devrait peser sur la croissance. L'activité a reculé en mars et la BoE projette une contraction de l'économie l'an prochain.

Le Fonds monétaire international (FMI) s'attend à ce que l'économie britannique soit en queue du G7 l'an prochain.