Plus de 260 millions de personnes sur le point de tomber dans la pauvreté extrême alors que la fortune des plus riches grimpe encore

Alors que le forum de Davos est sur le point de débuter en Suisse, Oxfam publie une nouvelle étude pointant l'enrichissement exponentiel des plus puissants industriels, alors que 263 millions de personnes pourraient basculer dans la pauvreté en 2022.

Plus de 260 millions de personnes sur le point de tomber dans la pauvreté extrême alors que la fortune des plus riches grimpe encore
©AFP

L'écart n'a jamais semblé aussi grand depuis bien longtemps entre les personnes les plus riches et les plus pauvres de notre société. Le dernier rapport d'Oxfam sur la question vient mettre en évidence cette dualité. "Pour chaque nouveau milliardaire créé pendant la pandémie au rythme d'un milliardaire toutes les 30 heures, près d'un million de personnes pourraient basculer dans la pauvreté extrême en 2022, à un rythme quasiment identique", résume l'organisation.

Des secteurs essentiels en ligne de mire

La publication de Quand la souffrance rapporte gros ce lundi n'est pas un hasard. Elle survient en amont du forum économique de Davos, en Suisse. "Les milliardaires arrivent à Davos pour célébrer la hausse extraordinaire de leur fortune. La pandémie, et maintenant la flambée des prix des denrées alimentaires et de l'énergie, ont tout bonnement été une aubaine pour eux. En même temps, on observe un recul des progrès réalisés dans la lutte contre la pauvreté extrême au fil des dernières décennies et des millions de personnes sont confrontées à l'augmentation insoutenable du prix à payer pour simplement rester en vie", souligne Eva Smets, directrice générale d'Oxfam Belgique.

Des secteurs vitaux (pharma, énergie et agroalimentaire) sont ciblés pour leurs profits record enregistrés récemment. "La richesse des milliardaires des secteurs de l'agroalimentaire et de l'énergie a augmenté de 453 milliards de dollars ces deux dernières années, soit 1 milliard tous les deux jours", notent ainsi les auteurs du rapport. La famille Cargill, avec ses 12 milliardaires, s'en tire tout particulièrement bien. "L'année dernière, Cargill a enregistré les bénéfices les plus importants de son histoire (avec un revenu net de 5 milliards de dollars) et l'entreprise devrait battre ce record à nouveau en 2022."

Un enrichissement qui se fait aux dépens des plus fragilisés, comme le montre par exemple la situation critique d'un pays comme le Sri Lanka, actuellement au bord de la faillite. "Les populations des pays les plus pauvres dépensent dans l'alimentation une part de leurs revenus deux fois plus élevée que celles des pays riches. L'inflation est aussi une réalité dans les pays riches comme la Belgique. Dans notre pays, les prix ont augmenté de 9,3% en mars par rapport à l'année dernière", souligne encore Oxfam.

Enrichissement et appauvrissement, des concepts inévitablement liés

Les pays "riches" ne sont en effet pas épargnés et, en leur sein, les populations les plus fragilisées sont les premières touchées. "L'augmentation des prix est particulièrement dévastatrice pour les travailleurs et travailleuses à bas salaire dont la santé et les moyens de subsistance étaient déjà vulnérables face à la COVID-19. Cela concerne en particulier les femmes et les personnes racisées et marginalisées."

Pour Oxfam, les participants du sommet de Davos doivent agir sans tarder. "Les responsables politiques présents à Davos doivent choisir : agir en tant que mandataires des milliardaires qui pillent leurs économies, ou prendre des mesures ambitieuses dans l'intérêt de la vaste majorité."

L'organisme présente ainsi une série de mesures allant d'un impôt permanent sur la fortune, à la fin des concentrations du pouvoir des entreprises agroalimentaires, ou encore le renforcement de la transparence des marchés agricoles. Une manière de rendre plus juste un système qui alimente les inégalités. "La fortune des milliardaires n'a pas augmenté parce qu'ils sont plus intelligents ou travaillent plus dur. Et les travailleuses et travailleurs en situation précaire ne travaillent pas moins. L'augmentation de la richesse et l'augmentation de la pauvreté sont indissociables. Elles prouvent que notre système économique fonctionne exactement tel que les personnes riches et puissantes l'ont voulu", juge encore Oxfam. "Ces inégalités grotesques brisent les liens qui nous unissent en tant qu'humanité. Elles sont clivantes, corrosives et dangereuses."