La Banque centrale russe rétablit son taux directeur au niveau d'avant l'Ukraine

L'organisme estime que "l'inflation ralentit plus vite et le déclin de l'activité économique est moins important" qu'elle ne l'avait prévu.

La Libre Eco avec AFP
La Banque centrale russe rétablit son taux directeur au niveau d'avant l'Ukraine
©Shutterstock

La Banque centrale russe a abaissé son taux directeur de 11 % à 9,50 % vendredi, estimant que malgré un environnement "difficile" pour l'économie russe, "l'inflation ralentit plus vite et le déclin de l'activité économique est moins important" qu'elle ne l'avait prévu. Elle espère, de la sorte, soutenir l'économie russe, qui a été frappée par les sanctions occidentales, et réduire la valeur du rouble. La Banque centrale, qui avait drastiquement augmenté son taux de 9,50 % à 20 % dans la foulée des premières sanctions fin février, a ainsi achevé de le rétablir au niveau d'avant le début de l'intervention militaire en Ukraine.

La devise russe s'était effondrée après l'entrée des troupes russes en Ukraine, le 24 février. Elle avait alors perdu jusqu'à 40 % de sa valeur et la Banque centrale avait brusquement relevé son taux et mis en place des mesures draconiennes de contrôle des capitaux.

La devise s'est depuis nettement renforcée pour atteindre des niveaux plus observés depuis 2015, aussi bien face au dollar qu'à l'euro.

En plus des contrôles de capitaux, le rouble s'est renforcé grâce à des exportations vendues à des prix très élevés - notamment les hydrocarbures - couplées à un effondrement des importations.

Mais ce rouble trop fort pèse de fait sur les exportations russes et prive le budget de l'État d'une partie de ses revenus.

L'inflation avait elle atteint en avril un niveau annuel de 17,8 %, du jamais vu en vingt ans. La croissance des prix a ralenti depuis, s'établissant à 17 % le 3 juin, selon le dernier chiffre donné vendredi par la Banque centrale.

L'institution monétaire a donc revu à la baisse ses prévisions d'inflation, estimant qu'elle devrait atteindre entre 14 et 17 % en 2022, avant de diminuer à 5-7 % en 2023 pour enfin revenir à son objectif de 4 % en 2024.

"La baisse de l'inflation globale s'explique en grande partie par une correction des prix d'un petit groupe de biens et services, après leur forte hausse en mars", explique la Banque centrale.

La prochaine réunion de l'institution est prévue le 22 juillet.

>> Relire aussi :"Dire que tout est de la faute des sanctions occidentales aide la propagande de Vladimir Poutine"