L'Ukraine candidate à l'UE ? Réponse ce vendredi

Jamais un avis n'aura été rendu en si peu de temps sur une demande de candidature.

La Libre Eco avec AFP
L'Ukraine candidate à l'UE ? Réponse ce vendredi
©Belga Image

La Commission européenne se prononce vendredi sur l'octroi à l'Ukraine du statut de candidat à l'UE mais tout feu vert sera assorti de conditions et devra être validé à l'unanimité par les Vingt-Sept avant l'ouverture de longues négociations en vue de son adhésion.

Jamais un avis n'aura été rendu en si peu de temps sur une demande de candidature, une urgence due à la guerre menée par la Russie depuis plus de trois mois et qui s'inscrit dans le soutien apporté par les Européens à l'Ukraine face à Moscou.

Paris, Berlin et Rome sont toutes pour l'octroi "immédiat" du statut officiel de candidat, a déclaré jeudi le président français Emmanuel Macron lors d'une visite à Kiev où il était accompagné du chancelier allemand Olaf Scholz et du chef du gouvernement italien Mario Draghi.

L'Ukraine est "prête" à travailler pour devenir "membre de plein droit" de l'Union, leur a assuré le président Volodymyr Zelensky. Kiev a présenté sa candidature fin février, peu après le début de l'invasion, et M. Zelensky n'a cessé depuis de mettre l'UE au défi de prouver que "les mots sur l'appartenance du peuple ukrainien à la famille européenne ne sont pas vains".

Pour être candidat à l'adhésion à l'UE, un pays doit satisfaire à une série de critères politiques (démocratie, Etat de droit, protection des minorités), économiques (économie de marché viable) et s'engager à intégrer les règles du droit européen. L'Ukraine est déjà liée à l'UE par un accord d'association entré en vigueur en septembre 2017.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui s'est rendue à deux reprises en Ukraine, a reconnu que les autorités de ce pays avaient "fait beaucoup" en vue de leur candidature, mais estimé qu'il y avait encore "beaucoup à faire", notamment en matière de lutte contre la corruption et du respect de l'Etat de droit.

La corruption en Ukraine reste endémique: dans son rapport 2021, l'ONG Transparency International la classe 122e sur 180. C'est mieux qu'en 2014 (142e) , mais encore très loin derrière ses voisins de l'UE (le moins bien placé, la Bulgarie, est au 78e rang).

"Trouver l'unanimité"

"Il s'agit d'un exercice très délicat pour la Commission car elle ne peut pas être moins exigeante pour l'Ukraine que pour les autres pays pour lesquels elle a rendu un avis favorable par le passé. Sa crédibilité exige le maintien de standards élevés", estime Sébastien Maillard de l'Institut Jacques Delors.

Il s'attend à un avis positif sur l'octroi du statut à l'Ukraine, mais avec des conditions à remplir assorties d'un délai. Le même traitement pourrait être accordé à la Moldavie, également candidate, tandis que la Géorgie pourrait être reconnue comme "candidat potentiel" - comme le sont le Kosovo et la Bosnie qui ne remplissent pas encore les critères d'adhésion.

L'avis de la Commission servira de base de discussions au sommet des dirigeants de l'UE les 23 et 24 juin à Bruxelles. Il faudrait "faire tout le nécessaire" pour "trouver l'unanimité" sur les candidatures de l'Ukraine et la Moldavie, a reconnu jeudi le chancelier allemand, alors que des pays comme le Danemark ou les Pays-Bas ont exprimé des réserves. En assortissant le statut de candidat de conditions à remplir, les Etats pourraient trouver des marges de manœuvre pour dégager un consensus.

La reconnaissance du statut de candidat sera le début d'un long processus, avec la mise en place par la Commission d'une "stratégie de pré-adhésion": un programme de soutien aux réformes nécessaires à l'intégration, assorti d'une aide financière. L'ouverture de négociations officielles exigera ensuite, là encore, un feu vert unanime des Vingt-Sept.

Cinq pays sont déjà officiellement candidats: Turquie (1999, un processus aujourd'hui gelé), Macédoine du Nord (2005), Monténégro (2010), Serbie (2012) et Albanie (2014). Les négociations ne sont toujours pas ouvertes avec la Macédoine du Nord et l'Albanie, et Emmanuel Macron, dont le pays exerce actuellement la présidence de l'UE, avait estimé en mai qu'une adhésion de Kiev prendrait "des décennies".

Dans l'attente d'une intégration, il a proposé la création d'une communauté politique européenne pour accueillir les pays désireux de rejoindre l'UE, une initiative accueillie avec méfiance par l'Ukraine.