Comment les lobbys agricoles nous font croire qu'il faut produire plus pour polluer moins

La situation d'urgence engendrée par la guerre en Ukraine a ébranlé le développement d'une agriculture plus durable mais plus lente à appliquer.

Selon le professeur Philippe Baret, avec la guerre en Ukraine, "on est tout à coup passé d'une approche long-termiste à une logique hyper court-termiste. Il faut absolument un agenda extrêmement ambitieux en moyens à long-terme."
Selon le professeur Philippe Baret, avec la guerre en Ukraine, "on est tout à coup passé d'une approche long-termiste à une logique hyper court-termiste. Il faut absolument un agenda extrêmement ambitieux en moyens à long-terme." ©Shutterstock
Pour éradiquer la faim dans le monde et réduire les émissions de gaz à effet de serre, il est primordial que la productivité agricole augmente de 28 % au cours de la prochaine décennie. Voici l'un des bilans issus du dernier rapport conjoint de l'Organisation des Nations...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité