Le Royaume-Uni pourrait fermer les vannes de gaz vers la Belgique : quelles conséquences ?

Le cabinet de la ministre de l’Énergie, Tinne Van der Straeten (Groen), indique que cette possibilité de couper le gazoduc entre le Royaume-Uni et la Belgique n’est pas une surprise. Le plan d’urgence belge prévoit également la possibilité de stopper nos exportations de gaz en cas de problèmes.

Habituellement, c'est le Royaume-Uni qui dépend de l'Europe en hiver.
Habituellement, c'est le Royaume-Uni qui dépend de l'Europe en hiver. ©ABACA

La Russie pourrait réduire encore davantage ses exportations de gaz à destination du marché européen. Dans ce contexte très tendu, l’Europe se prépare à une éventuelle pénurie cet hiver.

Le Royaume-Uni a également mis sur pied son propre plan d’urgence. En cas de souci, le plan britannique prévoit la possibilité de fermer les robinets en direction de la Belgique et des Pays-Bas. Bidirectionnel, le gazoduc BBL permet d’acheminer du gaz entre le Royaume-Uni (Bacton) et les Pays-Bas (Balgzand). L’Interconnector fait la même chose entre la Belgique (Zeebruges) et le Royaume-Uni (Bacton).

Quelles conséquences pourrait avoir une fermeture des vannes ? "Habituellement, le Royaume-Uni exporte vers l'Europe en été, tandis que l'Europe exporte vers le Royaume-Uni en hiver", nous explique Laurent Remy, porte-parole de Fluxys, le gestionnaire du réseau du gaz.

Habituellement, c'est donc le Royaume-Uni qui dépend de l'Europe en hiver, période la plus critique pour l'approvisionnement en gaz. Mais toutes les années ne se ressemblent pas. "Au cours de l'hiver dernier, le Royaume-Uni a été exportateur net de gaz vers l'Europe, explique Laurent Remy. La production éolienne a été forte au Royaume-Uni, ce qui a entraîné une diminution de l'utilisation de leurs centrales au gaz".

"Pas neuf"

Le cabinet de la ministre de l’Énergie, Tinne Van der Straeten (Groen), indique que cette possibilité de couper le gazoduc entre le Royaume-Uni et la Belgique n’est pas une surprise. Le plan d’urgence belge prévoit également la possibilité de stopper nos exportations de gaz en cas de problèmes.

Mais, selon le Financial Times, la coupure des exportations vers la Belgique et les Pays-Bas est l'une des premières mesures du plan d'urgence britannique. De son côté, la Belgique n'appliquera cette mesure qu'en tout dernier recours. En effet, il s'agit de la douzième mesure sur douze de notre plan d'urgence.

Du côté du gouvernement britannique, on nuance la portée de cette mesure. "Nous restons pleinement confiants dans notre sécurité d'approvisionnement en hiver, le Royaume-Uni disposant de l'un des systèmes énergétiques les plus fiables et les plus diversifiés au monde", a expliqué un officiel britannique.