Edora dénonce une politisation de l’octroi des permis éoliens par Willy Borsus

Le permis doit être validé à la fois par Céline Tellier et Willy Borsus pour être octroyé. Quand un permis est refusé, on ne sait pas exactement qui a voté contre.

Selon le directeur d’Edora, il y a une politisation du traitement des recours qui arrivent sur la table de Willy Borsus.
Selon le directeur d’Edora, il y a une politisation du traitement des recours qui arrivent sur la table de Willy Borsus. ©BELGA

Du côté d'Edora , la fédération qui défend le secteur des énergies renouvelables, on attend beaucoup de cette "pax eolienica". Plus largement, Edora souhaiterait qu'on améliore le processus de traitement des demandes de permis éoliens. Or cela doit aussi passer par une accélération du traitement des recours auprès du Conseil d'État, qui dépend du pouvoir fédéral.

Contacté, Fawaz Al Bitar, le directeur d'Edora, a des mots assez durs vis-à-vis du ministre wallon de l'Aménagement du territoire, Willy Borsus (MR). Avec Céline Tellier (Écolo), la ministre wallonne de l'Environnement, il est responsable de l'octroi de permis aux parcs éoliens. " Deux tiers des demandes de permis sont actuellement refusées, regrette Fawaz Al Bitar. Il est normal que tous les permis ne passent pas, mais là il y a beaucoup trop de refus". Selon le directeur d'Edora, il y a une politisation du traitement des recours qui arrivent sur la table de Willy Borsus. "Quand un bourgmestre MR s'oppose à un projet éolien, on constate que le permis est très souvent refusé", dénonce-t-il.

Précisons que le permis doit être validé à la fois par Céline Tellier et Willy Borsus pour être octroyé. Quand un permis est refusé, on ne sait pas exactement qui a voté contre. "Cela dilue la responsabilité des ministres, commente Fawaz Al Bitar. Il faut donc changer ce système afin que le ministre doive assumer sa décision."