Les aléas du gaz russe donnent des sueurs froides à l'Allemagne

L'eau chaude de la douche, la température des bureaux et pourquoi pas l'éclairage des feux de circulation. L'Allemagne craint la pénurie de gaz et le pays, des municipalités aux grandes entreprises, se prépare à toutes les restrictions.

Les aléas du gaz russe donnent des sueurs froides à l'Allemagne
©AFP

Le gouvernement est sur le qui vive à l'approche d'une échéance cruciale: l'arrêt total à partir de lundi du gazoduc Nord Stream en raison d'une maintenance de routine.

La pause doit durer dix jours mais l'Allemagne craint que la Russie stoppe pour de bon les livraisons via ce pipeline qui fournit une part essentiel de son approvisionnement.

"Aucun scénario ne peut être exclu", a prévenu le ministre de l'Economie Robert Habeck selon lequel Moscou utilise "l'arme du gaz" contre l'Europe pour tenter de saper le soutien à l'Ukraine.

Face aux messages alarmistes, le secteur industriel, les collectivités et administrations cherchent tous les moyens de réduire leur consommation énergétique.

"Il est possible que nous introduisions à nouveau plus de télétravail pour une durée limitée, comme lors de la pandémie. Mais cette fois-ci pour économiser de l'énergie dans l'intérêt national", a expliqué dans la presse Carsten Knobel, le patron du groupe Henkel, l'un des poids-lourds de la bourse de Francfort.

Le spécialiste des lessives et adhésifs n'est pas le seul à s'inquiéter.

L'industrie chimique est particulièrement vulnérable, car dépendant fortement du gaz. L'organisation du secteur VCI dit se préparer "au scénario du pire".

Le géant BASF, dont le site de Ludwigshafen (ouest) est une véritable ville dans la ville, réfléchit à mettre une partie des salariés en chômage partiel, en cas d'arrêt des livraisons de gaz russe qui font tourner ses turbines.

Le producteur d'arôme Symrise va relancer un four à pétrole dans son usine de Holzminden (centre).

"Un mois ou deux"

Moscou, arguant d'un problème technique, a déjà réduit ces dernières semaines de 60% les livraisons de gaz via Nord Stream, une décision dénoncée comme "politique" par Berlin.

Les réserves de gaz se remplissent donc difficilement. A ce rythme, "nous courons à la pénurie de gaz", a prévenu M. Habeck. Il fait la Une des journaux en vantant les mérites de ses proches douches plus courtes et plus froides.

"Si nous ne recevons plus de gaz russe (...) les quantités actuellement stockées ne suffiront que pour un ou deux mois", alerte Klaus Müller le président de l'Agence fédérale des réseaux.

D'où l'appel à prendre les devants car les consommateurs "seront choqués lorsqu'ils recevront un courrier de leur fournisseur d'énergie" avec un "triplement" de la facture à la clé, selon le responsable.

Le vénérable Bundestag, où siègent les députés, a adopté jeudi un plan d'économie : plus de chauffage au-dessus de 20 degrés l'hiver et plus d'eau chaude dans les bureaux individuels.

De nombreuses villes ont déjà diminué la température de l'eau des piscines ou l'éclairage urbain. La municipalité d'Augsbourg, en Bavière, envisage même d'arrêter certains feux de circulation.

Une coopérative immobilière près de Dresde, en Saxe (est), a décidé de couper l'eau chaude la nuit dans ses 600 logements, provoquant une polémique nationale.

Jeudi, c'est le premier groupe immobilier allemand, Vonovia, qui annoncé son intention de limiter à 17 degrés la température du chauffage central la nuit dans son parc de 350.000 logements.

L'Allemagne dépendait début juin à 35% du gaz russe pour ses importations, contre 55% avant la guerre en Ukraine. Le chauffage des foyers est toujours assuré à plus de 50% avec du gaz.

Récession

Ces mesures suffiront-elles à passer l'hiver?

Berlin prévoit un recours accru au charbon et achète des milliards d'euros de gaz naturel liquéfié auprès d'autres producteurs, comme le Qatar, ou les Etats-Unis.

Mais si les livraisons de gaz russe diminue encore, l'Allemagne devra faire des "choix de société très difficiles", a prévenu le ministre de l'Economie.

Le pays n'évitera pas une récession, avec une chute estimée de 6,5% du PIB entre 2022 et 2023, selon les principaux instituts économiques. Avec des conséquences en chaîne pour l'économie européenne: BASF produit par exemple des substances chimiques indispensables aux secteurs pharmaceutique, alimentaire, automobile.

Secousse symbolique du séisme qui menace: la flambée des prix de l'énergie a provoqué en juin le premier déficit commercial mensuel du pays depuis des années.