La suspension d'un oléoduc kazakh finalement annulée en appel par la justice russe, sur fond de tensions entre les deux pays

Une cour d'appel russe a annulé la suspension ordonnée par un autre tribunal des livraisons de pétrole depuis le Kazakhstan par un oléoduc transfrontalier, source de frictions entre les deux pays voisins.

La Libre Eco avec AFP
La suspension d'un oléoduc kazakh finalement annulée en appel par la justice russe, sur fond de tensions entre les deux pays
©Shutterstock

La cour d'appel de Krasnodar (sud) a remplacé la suspension de 30 jours qui avait été décidée par une amende de 200 000 roubles (environ 3 200 euros au taux de lundi), ont indiqué le Consortium pour l'Oléoduc de la Caspienne (KTK), opérateur de l'infrastructure, et les agences de presse russes.

Sans réagir à cette annonce, KTK a souligné dans un communiqué qu'un arrêt brutal de l'oléoduc "entraînerait des conséquences irréversibles pour le processus de production" pouvant aller jusqu'à la "destruction" de certaines installations. Dans les faits, les opérations de l'oléoduc avaient pu continuer même après l'arrêt ordonné la semaine dernière par la justice russe, l'appel déposé par son opérateur ayant suspendu l'application de cette mesure.

Calmer le jeu

Officiellement, le tribunal russe avait invoqué des violations des normes environnementales pour justifier l'arrêt temporaire des livraisons de pétrole par cet oléoduc long de 1 500 kilomètres, principale voie d'exportation du brut kazakh.

Cette décision s'inscrit dans un contexte de frictions entre la Russie et le Kazakhstan, en raison de la neutralité affichée par cet allié traditionnel de Moscou au sujet du conflit en Ukraine.

L'oléoduc KTK, qui débouche sur le port russe de Novorossiisk, en mer Noire, a déjà été contraint d'arrêter son activité à deux reprises depuis le début de l'offensive de Moscou en Ukraine fin février, officiellement à cause d'une tempête et des risques liés à la présence de mines datant de la Seconde Guerre mondiale.

Dès lors, le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev, a ordonné jeudi à son gouvernement de trouver de nouvelles voies pour exporter son pétrole sans passer par la Russie. Il a notamment déclaré que l'ouverture d'une nouvelle route d'exportation du brut kazakh par la mer Caspienne, un projet ancien, était devenue une "priorité".