"Avoir le courage de faire des réformes à long terme, même si ce n'est pas ce que nos électeurs veulent entendre à court terme"

La secrétaire d'Etat au Budget Eva De Bleeker s'est exprimée sur le besoin de réformes sur les ondes de la VRT.

La Libre Eco avec Belga
"Il est important qu'aucune dette supplémentaire ne soit contractée", a insisté la secrétaire d'Etat au Budget Eva De Bleeker (Open VLD).
"Il est important qu'aucune dette supplémentaire ne soit contractée", a insisté la secrétaire d'Etat au Budget Eva De Bleeker (Open VLD). ©BELGA

"J'espère que nous comprenons maintenant que nous devons avoir le courage de faire des réformes à long terme, même si ce n'est pas ce que nos électeurs veulent entendre à court terme", a déclaré la secrétaire d'Etat au Budget Eva De Bleeker (Open VLD), vendredi matin, dans l'émission De Ochtend sur la VRT. Elle réagissait ainsi au nouveau rapport du comité de monitoring pointant un budget belge à la dérive. A politique inchangée, le déficit menace en effet d'atteindre 5,1% du PIB cette année, soit environ 28 milliards d'euros, rapportent différents médias vendredi matin. En 2023, il serait ramené à 4,6% avant de remonter les années suivantes, plombé par la sécurité sociale. Quant au taux d'endettement, il devrait atteindre 116 % d'ici 2027.

Dans ce contexte, Eva De Bleeker réitère son appel à maîtriser les finances publiques. "Aujourd'hui, on est aussi confronté à des demandes de soutien au pouvoir d'achat, mais il faut se rendre compte que l'État ne peut pas intervenir pour tout et qu'il faut regarder l'effet de telles dépenses à plus long terme", a-t-elle dit.

-> Lire aussi: Réforme des pensions : un échec sociétal annoncé

"Nous devons bien sûr continuer à soutenir les plus vulnérables mais l'argent n'est tout simplement pas là pour continuer à tout soutenir. D'autant que nous accablerions les générations futures d'une gigantesque montagne de dettes", a ajouté la secrétaire d'Etat en rappelant que les taux augmentent et que l'argent "n'est plus gratuit".

"Actuellement, la dette est assez bien maîtrisée, car elle est garantie à un taux d'intérêt faible." Mais avec le risque que les charges d'intérêts augmentent dans les années à venir, "il est important qu'aucune dette supplémentaire ne soit contractée", a-t-elle poursuivi.

Eva De Bleeker s'est enfin dite confiante que le gouvernement parvienne à trouver un accord dans l'épineux dossier des pensions. "Tout le monde est désormais conscient que le système doit rester payable", a-t-elle assuré. Une nouvelle réunion de l'exécutif est prévue samedi matin sur le sujet.