L'Allemagne confrontée à la plus grande crise énergétique de son histoire, selon son ministre de l'Economie

Cette crise a été causée par une trop forte dépendance du pays à la Russie pour son approvisionnement énergétique.

La Libre Eco avec Belga
Robert Habeck s'attend à ce que les réserves soient bien remplies malgré la diminution des livraisons de gaz par la Russie via le gazoduc Nord Stream 1.
Robert Habeck s'attend à ce que les réserves soient bien remplies malgré la diminution des livraisons de gaz par la Russie via le gazoduc Nord Stream 1. ©BELGA

L'Allemagne est confrontée à la plus grande crise énergétique de son histoire, a déclaré jeudi le ministre allemand de l'Économie, Robert Habeck, lors d'une série de visites d'entreprises dans le sud et l'est du pays. Selon lui, cette crise a été causée par une trop forte dépendance du pays à la Russie pour son approvisionnement énergétique, une dépendance qui s'est en outre accrue ces dernières décennies. "Dans les prochains mois et années, nous veillerons à déconstruire progressivement cette dépendance", a promis M. Habeck.

Le ministre allemand a notamment renvoyé vers les investissements pour l'hydrogène, qui représentent "le futur", selon lui.

À court terme cependant, ce n'est pas une solution. M. Habeck a prévenu que les foyers allemands allaient devoir débourser des centaines d'euros en plus ces prochains mois pour s'acquitter de leur facture de gaz.

Soutenir les ménages en difficulté

Non seulement le prix du gaz a fortement augmenté mais, à partir d'octobre, les fournisseurs de gaz pourront en outre répercuter leurs coûts supplémentaires sur leur clientèle via une taxe. Le montant n'est pas encore connu - il devrait être clarifié d'ici fin août - mais le ministre de l'Économie a évoqué 1,5 à 5 centimes d'euro par kilowattheure. Sur une facture annuelle, cela représente un supplément de plusieurs centaines d'euros par ménage. Les foyers ayant des problèmes financiers bénéficieront d'un soutien, a assuré M. Habeck, sans fournir davantage de détails.

L'Allemagne poursuit également ses efforts pour remplir ses réserves de gaz pour l'hiver. Robert Habeck s'attend à ce que les réserves soient bien remplies malgré la diminution des livraisons de gaz par la Russie via le gazoduc Nord Stream 1. Ces dernières ont encore été limitées à 20% de la capacité mercredi. "Je ne peux prédire dans quelle mesure et à quel prix, mais des efforts devront être faits et de l'argent public libéré."

Le pays de Goethe a déclenché en juin la deuxième phase de son plan d'urgence d'approvisionnement en gaz. Cette phase restera en vigueur "tant que les stocks seront renouvelés (...) Ensuite, nous verrons comment la situation évoluera cet hiver", selon M. Habeck.

Le prix du gaz sur les marchés internationaux jeudi dépassait encore les 200 euros par kilowattheure, soit plus de huit fois plus qu'il y a un an.