L'or perd de son attrait au deuxième trimestre au profit d'autres valeurs refuges

La demande d'or au deuxième trimestre s'est établie à 948 tonnes, en baisse de 8% en glissement annuel, d'après le rapport trimestriel du Conseil mondial de l'or (CMO) publié jeudi.

La Libre Eco avec AFP
L'or perd de son attrait au deuxième trimestre au profit d'autres valeurs refuges
©Shutterstock

En revanche pour les six premiers mois de l'année, la demande d'or est restée en hausse de 12 % par rapport à 2021, à 2.189 tonnes, alors que le premier trimestre avait vu le métal jaune dopé par la guerre en Ukraine.

"Au cours du premier semestre 2022, le marché mondial de l'or a été soutenu par des facteurs macroéconomiques tels que l'inflation galopante et l'incertitude géopolitique", résume Louise Street, analyste au sein de l'organisation."Mais il a également été pris dans des vents contraires dus à la hausse des taux d'intérêt, associée à une flambée presque sans précédent du dollar américain", un concurrent direct du métal précieux, poursuit-elle.

De janvier à mars, le cours du métal précieux avait grimpé de près de 6 %, frôlant même son record historique en mars, pour finalement perdre près de 7 % d'avril à juin. Le désintérêt des investisseurs professionnels s'est traduit par des ventes d'ETF, ces titres financiers cotés, indexés sur le cours du métal jaune, reproduisant ainsi fidèlement le prix de l'or physique et permettant de parier sur son cours.

Les ETF ont enregistré des sorties de capitaux équivalentes à 39 tonnes d'or au deuxième trimestre. L'investissement physique en pièces et lingots est quant à lui resté stable au deuxième trimestre, totalisant 245 tonnes.

Il reste toutefois en baisse de 12 % sur la première moitié de l'année 2022, par rapport à la même période en 2021, lesté par la faiblesse de la demande chinoise en raison de la poursuite de mesures sanitaires liées à des rebond d'épidémie de Covid-19.

Côté bijouterie, la demande d'or a augmenté au deuxième trimestre de 4 % en glissement annuel, à 453 tonnes.

Enfin, la demande d'or dans le secteur technologique a diminué de 2 %, pour atteindre 78 tonnes au deuxième trimestre, "la crise du coût de la vie commençant à se faire sentir", diminuant l'appétit des consommateurs pour l'électronique, indique le CMO.