La Banque d'Angleterre prévoit sa plus forte hausse de taux depuis 1995

L'inflation a encore accéléré en juin, à 9,4 % sur un an, soit un record en 40 ans, alimentant une crise du coût de la vie qui menace particulièrement les ménages britanniques les moins riches.

La Libre Eco avec Belga
La Banque d'Angleterre prévoit sa plus forte hausse de taux depuis 1995
©Belga Image

La Banque d'Angleterre, qui se voit reprocher d'avoir été trop timide face à une inflation record au Royaume-Uni, pourrait opter jeudi pour une hausse des taux d'une ampleur plus vue depuis 1995, au risque de pénaliser l'activité économique.

L'inflation a encore accéléré en juin, à 9,4 % sur un an, soit un record en 40 ans, alimentant une crise du coût de la vie qui menace particulièrement les ménages britanniques les moins riches.

Le gouverneur Andrew Bailey a assuré dans un discours fin juillet qu'une hausse des taux de 0,50 point de pourcentage était sur la table. Il s'agirait de la plus forte hausse depuis 1995, qui porterait le taux directeur britannique à 1,75 %.

La banque centrale britannique emboîterait ainsi le pas à la Réserve fédérale américaine et à la Banque centrale européenne, qui ont décidé en juillet d'augmenter leurs taux directeurs de 0,75 et 0,50 point de pourcentage, respectivement.

La flambée des prix du gaz, provoquée par la guerre en Ukraine, ainsi que les perturbations des chaînes d'approvisionnement et un marché du travail tendu par le cocktail du Covid-19 et du Brexit contribuent à accélérer l'inflation.

Pression politique

"Les prix de l'énergie continuent de grimper, ce qui nourrit notre prédiction que le plafond des prix de l'Ofgem (le régulateur britannique du marché de l'électricité, NdlR) va encore monter, et forcer la BoE à réviser une nouvelle fois (à la hausse) ses prévisions d'inflation", commente Fabrice Montagné, économiste de Barclays.

Pour l'instant, la BoE prévoit que l'inflation pourrait atteindre un pic à plus de 11 % en glissement annuel dans les derniers mois de l'année.

La crise du coût de la vie a amené de nombreux observateurs à critiquer une attitude jugée attentiste de la BoE, même si elle a été parmi les premières à commencer à remonter ses taux fin 2021. La politique de la banque centrale s'est notamment invitée dans les débats entre les candidats à la succession du Premier ministre Boris Johnson, qui s'accordent pour estimer que l'institution monétaire aurait dû agir plus vite.

Face à ces critiques, M. Bailey a rappelé l'importance de l'indépendance de la BoE."Nous pensons que la Banque doit agir avec vigueur face aux risques d'inflation, ou elle pourrait perdre le contrôle", prévient M. Montagné dans une note.

Risque pour la croissance

La Banque d'Angleterre devrait également préciser jeudi la manière dont elle compte vendre les obligations qu'elle a achetées dans le cadre de son programme de rachats d'actifs (quantitative easing, ou QE), un autre moyen de limiter la liquidité sur le marché.

Mais l'accélération du resserrement de la politique monétaire ne fait pas l'unanimité: certains économistes se demandent si la BoE ne risque pas d'étouffer la croissance.

Pour l'instant, l'activité économique reste dans le vert au Royaume-Uni, mais elle tourne au ralenti depuis plusieurs mois et se trouvait en juillet à son plus bas niveau depuis le confinement de l'hiver 2021, selon l'indice PMI Flash Composite de S&P Global et CIPS, considéré comme un baromètre de la croissance.

"Avec une demande qui ralentit au niveau local comme à l'international, nous nous attendons à un ralentissement de l'inflation des prix à la production d'ici à la fin de l'année, ce qui devrait réduire la nécessité de resserrer la politique monétaire", estime pour sa part Martin Beck, économiste du EY ITEM Club.

Attention toutefois au risque d'une surprise: le comité de politique monétaire a été critiqué par le passé pour sa communication parfois alambiquée en amont de ses décisions, quitte à déstabiliser le marché de la dette britannique.

Le prédécesseur de M. Bailey, Mark Carney, avait ainsi été affublé du sobriquet de "petit ami pas fiable", une réputation dont la BoE peine à se défaire.