Faillite au Sri Lanka : "Nous sommes en grand danger"

Le pays de 22 millions d'habitants est confronté à une crise économique profonde, subissant depuis des mois des pénuries de nourriture, de carburant, de matières premières et de médicaments, faute de devises étrangères nécessaires pour financer ses importations essentielles.

La Libre Eco avec AFP
Faillite au Sri Lanka : "Nous sommes en grand danger"
©Shutterstock

Le Sri Lanka est confronté à "un grand danger" face à la crise économique qui s'éternise et des pénuries de carburant à prévoir au moins jusqu'à la fin de l'année, a averti mercredi le président Ranil Wickremesinghe devant le Parlement.

"Nous sommes aujourd'hui confrontés à une situation sans précédent", a déclaré M. Wickremesinghe, à l'ouverture de la nouvelle session du Parlement, "nous sommes en grand danger."

Le pays de 22 millions d'habitants est confronté à une crise économique profonde, subissant depuis des mois des pénuries de nourriture, de carburant, de matières premières et de médicaments, faute de devises étrangères nécessaires pour financer ses importations essentielles.

Le Sri Lanka a fait défaut sur sa dette extérieure de 51 milliards de dollars en avril et, début juillet, d'immenses manifestations de Sri-Lankais excédés ont abouti au départ du président Gotabaya Rajapaksa, réfugié à Singapour où il a démissionné.

M. Wickremesinghe, 73 ans, qui lui a succédé, a réitéré son appel à tous les partis représentés au Parlement pour composer un "gouvernement d'unité". Le pays ne pourra se sortir du gouffre économique dans lequel il est plongé qu'à condition de "relever ce défi tous ensemble, comme un seul peuple", a ajouté le président.

L'inflation au Sri Lanka a atteint 60,8 % en juillet, mais des économistes indépendants affirment qu'elle a largement dépassé les 100 %. La roupie du Sri Lanka a perdu plus de la moitié de sa valeur par rapport au dollar américain cette année.

Pourparlers

Les pourparlers avec le Fonds monétaire international (FMI) progressent en vue de la mise en place d'un programme de sauvetage de quatre ans, a ajouté le président sri-lankais, qui n'a toutefois pas précisé quand seraient conclues les négociations.

Les autorités estiment que le pays a besoin d'urgence d'au moins 4 milliards de dollars pour financer l'importation de produits de première nécessité et remédier aux pénuries actuelles.

M. Wickremesinghe a salué l'Inde pour ses lignes de crédit destinées à importer de l'essence et du diesel, mais il a souligné que le pays doit être en mesure de financer le carburant avec ses propres recettes en devises et que le rationnement se poursuivrait au moins jusqu'à la fin de cette année.

Il a également reproché à son prédécesseur d'avoir rejeté deux investissements majeurs du Japon dans les infrastructures, qui auraient pu rapporter 3 milliards de dollars au pays. L'annulation d'un train léger sur rail (LRT) et d'un terminal en eau profonde dans le port de Colombo a de plus porté atteinte aux liens entre le Japon et le Sri Lanka, a regretté M. Wickremesinghe.

En revanche, le président n'a fait aucune référence à la Chine qui détient pourtant plus de 10 % des emprunts bilatéraux du pays. Un accord de Pékin est crucial pour toute restructuration de sa dette.