Le stocks de gaz français remplis à 80 %, les stocks allemands à 70 %

Les stockages français de gaz sont actuellement remplis à 80 %, et seront complètement remplis le 1er novembre.

La Libre Eco avec AFP et Belga
Le stocks de gaz français remplis à 80 %, les stocks allemands à 70 %
©Shutterstock

Les stockages français de gaz sont actuellement remplis à 80 %, et seront complètement remplis le 1er novembre, a indiqué mercredi la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher.

"Nous sommes aujourd'hui à 80 % de remplissage de nos stocks de gaz stratégiques, nous sommes en avance par rapport à nos objectifs, cela veut dire que nous remplirons à 100 % avant le 1er novembre, ce qui était notre objectif", a déclaré Mme Pannier-Runacher sur CNews mercredi.

Ella a appelé "collectivement" tous les Français, mais surtout "les plus gros acteurs" à "faire en sorte de réduire leur consommation de gaz et d'électricité", car "les deux systèmes sont liés".

"Et cela va dans le sens de la lutte contre le réchauffement climatique", a-t-elle fait valoir, après une question portant sur les risques de pénurie l'hiver prochain en France et en Europe, conséquence de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

"Il faut que les grands acteurs, les administrations, les entreprises, réduisent leur consommation", a-t-elle insisté. "La consigne des 19 degrés n'est pas respectée partout", a déploré la ministre La ministre a rappelé et expliqué les mécanismes de solidarité européens à l'oeuvre pour le partage de l'accès aux sources énergétiques.

"Nous comptons sur la solidarité, notamment allemande, pour importer de l'électricité", a-t-elle dit, en référence à des problèmes de production rencontrés par les centrales nucléaires françaises. "Et nous devons être en soutien de l'Allemagne pour le gaz que nous importons dans nos terminaux méthaniers. Nous en avons quatre qui sont au travail actuellement", a-t-elle rappelé. Elle a défendu le principe européen d'importation de gaz azerbaïdjanais pour compenser l'absence de gaz russe, malgré les polémiques sur les droits humains dans ce pays. "Je ne crois pas que nous avons intérêt à ce que l'UE soit faible économiquement et ne protège pas sa population pour l'hiver prochain", a-t-elle déclaré.

Mme Pannier-Runacher a par ailleurs qualifié d'"irresponsables" les propos de la candidate du Rassemblement national à l'élection présidentielle Marine Le Pen demandant d'en finir avec les sanctions contre la Russie afin de pouvoir de nouveau bénéficier du gaz venant de ce pays. "La personnalité politique qui se targue d'être la plus patriote est aussi la première à vendre notre république contre un plat de lentilles", a lancé la ministre.

Côté allemand

Les stocks de gaz en Allemagne sont remplis à 69 % de leurs capacités à l'approche de l'hiver, a fait savoir mardi le président de l'Agence fédérale des réseaux de régulation, Klaus Müller. Chaque jour, environ 0,4 point de pourcentage est ajouté aux stocks.

L'Allemagne est très dépendante de la Russie pour sa consommation de gaz. Cependant, la livraison via le gazoduc Nord Stream 1 a déjà considérablement diminué. Ces livraisons ne représenteraient que 20 % de la capacité disponible. Malgré cela, le gouvernement allemand veut constituer des stocks de gaz suffisants. Pour ce faire, au 1er septembre, il devra y avoir au moins 75 % des stocks disponibles. Ce nombre devra atteindre 85 % le 1er octobre et être d'au moins 95 % au mois de novembre.

Entretemps, le chancelier allemand Olaf Scholz se rendra mercredi à la turbine Nord Stream 1, qui a subi un entretien au Canada. Cette visite se tiendra sur le site de la firme Siemens Energy à Muelheim an der Ruhr. Selon les Russes, les problèmes avec cette turbine sont à l'origine de la diminution d'approvisionnement en gaz. Par contre, Berlin ne voit que des motivations politiques pour expliquer cette baisse de livraison.