Pourquoi des chaînes d'approvisionnement cruciales autour de Taïwan sont menacées

Les manœuvres militaires menées jeudi par la Chine autour de Taïwan, au niveau de routes commerciales très fréquentées, risquent de perturber les chaînes d'approvisionnement déjà mises à mal par la pandémie et la guerre en Ukraine.

La Libre Eco avec AFP
Pourquoi des chaînes d'approvisionnement cruciales autour de Taïwan sont menacées
©Belga Image

La Chine mène ce jeudi des manœuvres militaires autour de Taïwan, au niveau de routes commerciales très fréquentées, ce qui risque de perturber les chaînes d'approvisionnement déjà mises à mal par la pandémie et la guerre en Ukraine.

Ces exercices, les plus importants de son histoire autour de l'île, sont une réponse à la visite, mardi et mercredi, de la cheffe des députés américains Nancy Pelosi à Taipei.

Destinés à simuler un "blocus" de Taïwan, ils incluent "des tirs d'artillerie à munitions réelles et de longue portée", des missiles devant survoler l'île pour la première fois, selon plusieurs médias d'Etat.

Par mesure de sécurité, l'Administration chinoise de la sûreté maritime a "interdit" aux navires de pénétrer dans les zones concernées.

Ces manœuvres surviennent au niveau de routes commerciales parmi les plus chargées de la planète, et d'une importance cruciale: elles connectent au monde les usines de semi-conducteurs et équipements électroniques d'Asie de l'Est et servent aussi au transport de gaz naturel.

Lors des sept premiers mois de l'année, près de la moitié des porte-conteneurs du monde sont passés par le détroit de Taïwan, selon les données compilées par Bloomberg.

"Etant donné qu'une grande partie de la flotte mondiale de conteneurs passe par cette voie navigable, le déroutement (provoqué par les manœuvres) entraînera inévitablement des perturbations dans les chaînes d'approvisionnement mondiales", indique James Char, chercheur associé à l'Ecole d'études internationales S. Rajaratnam à Singapour.

Vols annulés

Or les chaînes d'approvisionnement ont déjà été bien malmenées par la pandémie et la guerre en Ukraine.

"La fermeture de ces voies de transport - même temporairement - a des conséquences non seulement pour Taïwan, mais aussi pour les flux commerciaux liés au Japon et à la Corée du Sud", souligne dans une note Nick Marro, analyste de l'Economist Intelligence Unit. Même chose dans les airs: ces deux derniers jours, plus de 400 vols ont été annulés dans les principaux aéroports du Fujian, la province chinoise la plus proche de Taïwan.

Les autorités taïwanaises ont averti que les exercices perturberaient 18 liaisons aériennes internationales traversant la zone. A la Bourse de Taïwan, l'indice Taiex dédié aux entreprises de transport aérien et maritime reculait de 1,05 % mercredi, ayant perdu 4,6 % de sa valeur depuis le début de la semaine.

Mais plusieurs compagnies maritimes contactées par l'AFP ont dit attendre de voir l'impact des exercices avant de changer leurs itinéraires. Car la saison actuelle des typhons complique le passage des navires du côté est de Taïwan, par la mer des Philippines.

D'autres ne prévoient aucun changement de plan.

"Nous ne prévoyons pas d'impact pendant (cette) période et nous n'avons pas prévu de réacheminement de nos navires", a ainsi indiqué Bonnie Huang, porte-parole en Chine de Maersk, l'une des plus grandes compagnies de transport maritime du monde.

"Bloquer l'île"

Lors de la précédente crise dans le détroit de Taïwan dans les années 1990, les exercices militaires chinois, incluant des tirs de missiles dans les eaux au large de l'île, avaient duré des mois.

Cette fois, les Chinois veulent sans aucun doute "démontrer leur détermination d'une manière qui va au-delà de ce qu'ils ont fait en 1996", estime Bonnie Glasser, directrice du programme Asie au Fonds américain German Marshall.

Le journal Global Times, connu pour son ton nationaliste, assure que les manœuvres viseront à prouver que l'armée chinoise est "capable de bloquer l'île entière".

Mais alors que son économie souffre des restrictions sanitaires appliquées depuis 2020, Pékin ne va sans doute pas risquer un blocage commercial majeur, soulignent les analystes. "Fermer tout trafic à l'intérieur du détroit pour une longue période, cela ferait mal à l'économie chinoise", observe James Char.

Même opinion chez Natasha Kassam, du think-tank australien Lowy Institute: "Ce n'est pas dans l'intérêt de Pékin d'interrompre les voyages et le commerce dans la région". A sa démonstration de force militaire, la Chine pourrait ajouter des attaques cybernétiques, et elle a déjà commencé à appliquer des sanctions commerciales. Mais pas sûr qu'elle veuille aller beaucoup plus loin.

"Compte tenu de l'expansion spectaculaire des capacités aériennes et maritimes chinoises ces dernières années, la Chine a très probablement la capacité d'imposer un blocus aérien et maritime à Taïwan", juge Thomas Shugart, expert en innovation militaire au Centre pour une nouvelle sécurité américaine, groupe de réflexion basé à Washington.

"La question de savoir si la Chine choisira de tenter un tel blocus (...) dépend largement du risque politique et économique que les dirigeants du Parti communiste chinois sont prêts à encourir pour le faire".