Forte chute inattendue des stocks de pétrole brut aux États-Unis

Les réserves de pétrole brut américain ont chuté de 7,1 millions de barils la semaine dernière.

La Libre Eco avec AFP
Les réserves d'essence sont également en forte chute depuis la semaine dernière.
Les réserves d'essence sont également en forte chute depuis la semaine dernière. ©Shutterstock

Les réserves commerciales de pétrole brut américain, comme celles d'essence, ont fortement chuté la semaine dernière, surprenant les analystes, selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

Durant la semaine achevée le 12 août, les stocks de brut ont fondu de 7,1 millions de barils à 425 millions et celles d'essences ont décru de 4,6 millions de barils.

"Les stocks de brut sont tombés à 6% en dessous de leur moyenne sur cinq ans à cette époque et ceux d'essence sont de 8% inférieures, ce qui peut soulever des inquiétudes alors qu'on approche de l'hiver", a estimé Phil Flynn, de Price Futures Group.

Les prévisions moyennes des analystes tablaient sur une petite augmentation des réserves de brut de 800.000 barils et sur une modeste diminution de celles d'essence (-1 million de barils).

Les réserves de produits distillés (fioul, diesel) ont en revanche légèrement augmenté de 800.000 barils, en ligne avec les prévisions, mais elles sont tombées à 23% en-dessous de leur moyenne sur cinq ans.

Ce repli important et inattendu des stocks de brut a fait immédiatement grimper les cours de l'or noir de plus de 1,60% après la publication des chiffres, avant de se stabiliser.

"Je pense qu'il y a eu de rapides prises de profits avant de revenir aux préoccupations du jour en lien avec l'économie chinoise" qui ralentit "et les pourparlers sur le nucléaire iranien" qui pourraient libérer des millions de barils sur le marché, a expliqué M. Flynn.

Vers 15H40 GMT, le cours du baril de WTI américain grappillait 0,59% à 87,04 dollars et celui du Brent de la Mer du Nord 0,35% à 92,64 dollars.

Plusieurs facteurs expliquaient l'abrupte réduction des stocks américains.

En premier lieu les exportations de brut américain ont plus que doublé la semaine dernière pour se monter à 5 millions de barils par jour (mbj) contre 2,1 millions.

"Les Etats-Unis sont devenus les fournisseurs et raffineurs du monde", a commenté Phil Flynn.

La production intérieure s'est un peu tassée à 12,1 mbj contre 12,2 mbj la semaine d'avant tandis que la consommation a nettement augmenté à 21,2 millions de barils par jour contre 19,4 mbj.

Les raffineries ont en outre opéré à un taux plus faible de leurs capacités à 93,5% contre 94,3% la semaine d'avant, alors que la saison de maintenance a commencé.

Le gouvernement américain a en outre de nouveau prélevé dans les réserves stratégiques du pays (-3,4 millions de barils). Celles-ci sont désormais au plus bas depuis mars 1985 à 461,2 millions de barils.