Les taux d'intérêt à long terme belges grimpent, les prêts immobiliers vont être plus chers

Un taux d'intérêt à long terme plus élevé est une mauvaise nouvelle pour le Trésor public et rend également les prêts immobiliers plus chers.

La Libre Eco avec Belga
Les taux d'intérêt à long terme belges grimpent, les prêts immobiliers vont être plus chers
©Shutterstock

Le taux d'intérêt belge à dix ans est à nouveau supérieur à 2 %. Ce lundi après-midi, 10 points de base ont été ajoutés, pour atteindre un taux d'intérêt de 2,132 %. C'est à nouveau proche du niveau de juin, lorsque le taux belge à dix ans a dépassé 2,4 %, soit le niveau le plus élevé depuis 2014.

Des taux d'intérêt plus élevés ne sont pas une bonne nouvelle pour le Trésor belge, qui doit payer plus lorsqu'il lève des fonds sur les marchés financiers. Les prêts immobiliers sont aussi traditionnellement liés aux OLO (obligations linéaires d'État, NdlR). Au cours des derniers mois, emprunter pour un logement est déjà devenu considérablement plus coûteux ; la baisse des taux d'intérêt en juillet n'a été que de courte durée et n'a pas entraîné immédiatement des prêts au logement moins chers.

Les taux d'intérêt à long terme belges n'ont pas été les seuls à poursuivre leur hausse ce lundi. Le mouvement à la hausse est visible dans toute l'Europe. Le taux d'intérêt allemand à dix ans, le "Bund" qui sert de référence dans la zone euro, a également augmenté de 10 points de base pour atteindre presque 1,5 %. L'Italie voit même son taux d'intérêt à dix ans passer au-dessus de 3,7 %, la Grèce au-dessus de 3,9 %.

"Tendance mondiale"

Les taux d'intérêt à court terme augmentent également, pour atteindre les niveaux observés en 2007, rapporte l'agence de presse financière Bloomberg. L'agence de presse Bloomberg parle d'une "tendance mondiale", initiée par les banques centrales américaine et européenne. Ces derniers jours, elles ont fait savoir qu'elles allaient encore resserrer leur politique monétaire afin de lutter contre l'inflation élevée. Selon le président de la Fed, Jerome Powell, il faudra peut-être un certain temps avant que l'inflation soit maîtrisée et la réaction de la Fed risque de nuire aux consommateurs et aux entreprises. Le gouverneur de la banque finlandaise a évoqué ce week-end "une hausse significative des taux d'intérêt en septembre par la BCE".

Les marchés financiers ont réagi ce lundi avec une baisse des marchés boursiers et une hausse des rendements obligataires.