Crise énergétique : le gouvernement envisage une contribution plutôt qu'une taxe des surprofits

La piste d'une taxation était évoquée depuis un temps déjà, même elle posait une série de problèmes juridiques, techniques et politiques.

La Libre Eco avec Belga
Selon Mme De Sutter, un mécanisme de contribution pourrait livrer entre 1 et 1,5 milliard d'euros.
Selon Mme De Sutter, un mécanisme de contribution pourrait livrer entre 1 et 1,5 milliard d'euros. ©BELGA

Le gouvernement fédéral n'entend plus capter une partie des surprofits engrangés par les producteurs d'énergie au moyen d'une taxe, mais va plutôt examiner la piste d'une contribution, a indiqué mercredi la vice-Première Petra De Sutter (Groen) au micro de la VRT-radio. Selon elle, l'objectif est d'aboutir rapidement.

Le comité de concertation, qui rassemble entités fédérale et fédérées, doit se réunir ce mercredi après-midi au sujet de la crise énergétique. Au cours d'une réunion du comité ministériel restreint (kern) préalable à ce Codeco, il a déjà été décidé de récupérer une partie des surprofits réalisés par les producteurs grâce à la crise actuelle.

Mécanisme de contribution

La piste d'une taxation était évoquée depuis un temps déjà, même elle posait une série de problèmes juridiques, techniques et politiques également. Suite à un avis juridique, l'idée d'une taxe serait toutefois abandonnée pour un mécanisme de contribution.

Selon Mme De Sutter, celui-ci pourrait livrer entre 1 et 1,5 milliard d'euros. Un montant qui, selon elle, doit retourner vers les consommateurs finaux.

Le rôle des banques dans la crise sera aussi examiné, notamment pour financer l'isolation des bâtiments ou donner un peu de répit aux propriétaires qui peinent à rembourser leur emprunt hypothécaire. La question d'un soutien aux entreprises est aussi à l'agenda.