Le gazoduc Nord Stream 1 complètement mis à l'arrêt par Gazprom

C'est son exploitant Gazprom qui a fait l'annonce.

La Libre Eco avec AFP
Le gazoduc Nord Stream 1 complètement mis à l'arrêt par Gazprom
©DPA

Le géant russe Gazprom a annoncé vendredi que le gazoduc Nord Stream, vital pour les livraisons en Europe, sera "complètement" à l'arrêt jusqu'à la réparation d'une turbine, alors qu'il devait reprendre du service samedi après une opération de maintenance.

Dans un communiqué, Gazprom a indiqué avoir découvert des "fuites d'huile" dans la turbine lors de cette opération de maintenance. "Jusqu'à la réparation (...) le transport du gaz via Nord Stream est complètement suspendu", a indiqué le groupe.

La Russie devait reprendre ses livraisons de gaz via le pipeline Nord Stream, après une nouvelle interruption de trois jours qui a mis à rude épreuve les nerfs des Européens, engagés dans une course contre la montre pour éviter une crise énergétique cet hiver. Vendredi, Gazprom a assuré avoir découvert ces problèmes techniques lors d'un contrôle technique effectué avec des représentants du groupe allemand Siemens, qui a fabriqué la turbine.

Des accusations portées dans tous les sens

Le groupe russe fait état d'une "fuite d'huile" sur des "câbles reliés à des compteurs de vitesse d'un rotor". Sur Telegram, le groupe a publié une photo montrant des câbles entourés d'un liquide brunâtre. Plus tôt dans la journée, le Kremlin avait affirmé que le fonctionnement du gazoduc Nord Stream était "menacé" par une pénurie de pièces de rechange en raison des sanctions visant Moscou pour son offensive en Ukraine. Depuis le début de l'intervention militaire du Kremlin en Ukraine, fin février, Moscou a fortement réduit ses livraisons de gaz aux Européens, en réaction à des sanctions occidentales massives.

Les Européens, très dépendants du gaz russe, accusent le Kremlin de s'en servir comme d'un moyen de pression, ce que réfute Moscou, qui évoque des problèmes techniques suscités par les sanctions ou des retards de paiement. La Russie affirme notamment que les sanctions empêchent la restitution d'une turbine Siemens qui avait été envoyée au Canada pour être réparée. L'Allemagne, où se trouve la turbine, assure au contraire que c'est Moscou qui bloque le retour de cette pièce-clé.

De "faux prétextes", selon la Commission

La Commission européenne estime que le géant russe Gazprom bloque l'approvisionnement en gaz via le gazoduc Nord Stream 1 sous de "faux prétextes", a affirmé sur Twitter un porte-parole de la Commission. "L'annonce de Gazprom vendredi après-midi qu'elle met à nouveau à l'arrêt Nord Stream 1 sous de faux prétextes est une nouvelle confirmation qu'elle n'est pas digne de confiance en tant que fournisseur", a tweeté le porte-parole Eric Mamer. "C'est aussi un signe du cynisme de la Russie, qui préfère brûler du gaz plutôt qu'honorer ses contrats."

Nord Stream 1 devait être remis en service samedi après plusieurs jours de maintenance, mais Gazprom a annoncé vendredi soir qu'une fuite d'huile avait été découverte à la station de compression de Portovaja. Le pipeline restera fermé jusqu'à réparation.