Les ministres européens de l'Energie s'accordent sur un plafonnement des prix du gaz

La ministre belge de l'Energie, Tinne Van der Straeten, se félicitait de cette décision.

La Libre Eco avec Belga
Les ministres européens de l'Energie s'accordent sur un plafonnement des prix du gaz
©BELGA

Les 27 États membres de l'UE se sont accordés vendredi sur quatre pistes de solutions urgentes à la flambée des prix de l'énergie. "Quatre domaines principaux dans lesquels les 27 attendent de la Commission des propositions législatives dans les prochains jours, avec l'espoir de conclure avant la fin du mois", a résumé le ministre tchèque Jozef Sikela dans l'après-midi. Un élément est brandi comme une victoire par la ministre belge Tinne Van der Straeten: la Commission est bien attendue par les 27 sur un plafonnement des prix du gaz. Selon la ministre écologiste, "une majorité de pays se sont joints à notre plaidoyer" pour un plafonnement général du prix du gaz importé en Europe, qu'il soit russe ou non. Les détails techniques d'un tel plafonnement, que la Belge souhaite "dynamique" (par exemple couplé au niveau de prix sur le marché asiatique), n'ont pas été discutés, il faudra attendre pour cela les textes officiels de la Commission, chargée avec ses armées de techniciens de définir un système "implémentable". "Il y aura un nouveau Conseil avant la fin du mois, l'idée est d'avoir d'ici là quelque chose d'implémentable".

"Nous savons maintenant exactement quelle direction nous devons prendre", indique en conférence de presse le ministre tchèque Jozef Sikela, dont le pays assure la présidence tournante du Conseil de l'UE. Les 27 ont tout d'abord donné pour mandat à la Commission de faire une proposition formelle de plafonnement des revenus des producteurs d'électricité engrangeant actuellement des profits records. Il s'agit de ceux qui ne produisent pas à base de gaz mais profitent justement des prix de l'électricité calculés à partir du "merit order" et du coût marginal de la dernière unité nécessaire (la plupart du temps une centrale au gaz). Ce plafonnement serait accompagné de contributions solidaires de crise demandées aux entreprises actives dans le fossile.

Le second point est une intervention "temporaire et d'urgence" sur le marché du gaz, avec le fameux "price cap" mis en avant par la Belgique et l'Italie, entre autres.

Les ministres ont finalement demandé à la Commission de présenter des mesures "pour coordonner des réductions de la demande d'électricité" à travers l'UE et pour "aider à résoudre les problèmes de liquidités" sur les marchés de l'énergie, selon les explications du ministre tchèque.