Un quart des pays émergents sont en difficulté avec leur dette, selon le FMI

Les pays à faibles revenus, eux, sont encore davantage en difficulté.

La Libre Eco avec ATS
La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva.
La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva. ©AP

Près du quart des pays émergents et plus de 60 % des pays à faibles revenus font face à des difficultés parfois sévères liées à leur dette. C'est ce qu'a estimé mardi la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva. "Si l'on regarde la situation des pays émergents, la plupart s'en sortent bien car ils ont investi dans des réserves de devises et réalisent des réformes macroéconomiques. Mais 25 % d'entre eux sont en difficulté ou en sont proches" du fait de leur endettement, a déclaré Mme Georgieva, interrogée dans le cadre d'une conférence en ligne.

Une situation cependant moins dramatique que les pays à faibles revenus dont "plus de 60 % sont déjà en difficulté, ce qui est un niveau significatif et inquiétant", a ajouté la directrice générale du FMI. Une situation qui s'est compliquée depuis le début du conflit entre la Russie et l'Ukraine puisque "16 pays ont fait des demandes d'aide au financement pour un total d'environ 90 milliards de dollars" ces six derniers mois.

"Nous savons que le resserrement monétaire et la hausse du dollar n'en sont qu'à leurs débuts", a ajouté Kristalina Georgieva, qui s'attend à un impact plus important sur les conditions de financement des pays émergents.

Dans un tel contexte, si le FMI compte renforcer ses outils d'aide aux pays en difficulté, sa directrice générale a lancé un appel aux principaux créanciers privés comme publics, notamment la Chine, rappelant que "plus vous apportez des financements aux Etats, plus grande est votre responsabilité" à leur égard. "Il est dans votre intérêt, en tant que créanciers, d'éviter que les difficultés n'explosent", a-t-elle insisté.