Avec l'inflation galopante, les Belges délaissent le circuit court et privilégient les supermarchés

Le critère n°1 est désormais le prix. Lors de la pandémie, les consommateurs semblaient privilégier les circuits courts.

La Libre Eco avec Belga
Près de huit Belges francophones sur 10 achètent en général les fruits et légumes en supermarché.
Près de huit Belges francophones sur 10 achètent en général les fruits et légumes en supermarché. ©Shutterstock

Pour plus de six consommateurs sur 10, le premier critère de sélection pour l'achat de fruits et de légumes est le prix, ressort-il d'une étude de marché réalisée en mai 2022 auprès d'un échantillon représentatif de 1.000 Belges francophones par l'Agence wallonne pour la promotion d'une agriculture de qualité (Apaq-W), dans le cadre de l'Observatoire de la consommation. Si la pandémie et ses confinements avaient poussé de nombreux consommateurs à découvrir ou redécouvrir les produits bio et autres circuits courts, la guerre en Ukraine et l'inflation galopante semblent avoir remis la question du prix au centre des préoccupations des ménages.

Le prix est également le premier critère avancé pour l'achat de pommes de terre.

Les autres critères principaux pour l'achat de fruits et légumes sont la fraîcheur des produits (cité par 55% des sondés) et leur qualité (52% pour les fruits, 55% pour les légumes).

Quant à l'origine des produits, elle n'apparaît pas dans les principaux critères d'achat mais 49% des consommateurs de fruits et légumes disent y être régulièrement attentifs. Environ un tiers des consommateurs consomment des fruits et légumes wallons au moins une fois par semaine.

Les supermarchés en premier choix

Selon cette étude, publiée à l'occasion de l'évènement "Hortifolies", qui se déroule du 16 au 18 septembre à Gembloux, près de huit Belges francophones sur 10 achètent en général les fruits et légumes en supermarché, devant les marchés (32% des répondants), les petits commerces (19%), les magasins à la ferme et magasins bio (15%).

En outre, près de quatre Belges francophones sur 10 cultivent leur propre potager et pour près d'un sur cinq, les légumes provenant du potager représentent même la moitié, voire davantage, des légumes consommés.

Une autre étude, menée cette fois auprès d'un échantillon représentatif de 500 personnes, s'est intéressée à l'horticulture non comestible. Elle constate notamment que près de sept Belges francophones sur 10 ont acheté des plantes d'extérieur au cours des 12 derniers mois.

S'agissant des sapins de Noël, 23% des Belges francophones disent avoir en acheté un naturel lors des dernières fêtes de fin d'année. Dans un cas sur deux, l'achat s'est fait en pépinière.