Un Irlandais élu à la présidence de la Cour des comptes de l'UE

Membre de la Cour des comptes depuis 2017 et haut fonctionnaire européen depuis 1999, Tony Murphy prendra ses fonctions le 1er octobre.

La Libre Eco avec AFP
La Cour des comptes est la gardienne des finances de l'UE.
La Cour des comptes est la gardienne des finances de l'UE. ©Jean-Luc Flémal

L'Irlandais Tony Murphy a été élu à la présidence de la Cour des comptes de l'UE où il succède à l'Allemand Klaus-Heiner Lehne, contraint de justifier certaines de ses pratiques devant les eurodéputés, a annoncé mardi l'institution dans un communiqué.

Membre de la Cour des comptes depuis 2017 et haut fonctionnaire européen depuis 1999, Tony Murphy, 60 ans, prendra ses fonctions le 1er octobre. Son mandat de trois ans est renouvelable.

Elu "parmi ses pairs" au sein de l'institution, le président est "en charge des relations avec les médias, des questions juridiques et de l'audit interne, et représente l'institution dans ses relations extérieures".

Il devra restaurer l'image de la Cour, écornée par les pratiques de son prédécesseur, contraint de se justifier devant le Parlement européen sur la sous-location de son appartement de fonction au Luxembourg à trois membres de son cabinet et sur d'autres accusations de mauvaise gestion portées par le quotidien français Libération.

Gardien des finances

La Cour des comptes est la gardienne des finances de l'UE et "ses rapports sont utilisés pour demander des comptes aux responsables de la mise en oeuvre des politiques et des programmes de l'UE : la Commission, les autres institutions et organes de l'UE et les gouvernements des États membres", rappelle l'institution dans son communiqué.

Klaus-Heiner Lehne était en fonctions depuis octobre 2016. "La plupart des allégations portées dans l'article publié par le quotidien français Libération sont fausses", avait-il affirmé au cours d'une audition par les élus de la commission du contrôle budgétaire à Bruxelles en novembre 2020.

Il avait justifié la sous-location de son logement de fonctions de 160 m2 à Luxembourg par le fait que sa famille résidait à Düsseldorf, en Allemagne, et qu'il "n'avait pas besoin de tout l'appartement", mais il devait "avoir une résidence au Grand Duché pour percevoir l'indemnité de séjour" allouée à sa fonction.

Plusieurs élus européens avaient émis des doutes après son audition et demandé une enquête indépendante. Il faut pouvoir "surveiller le surveillant et vérifier s'il y a conflit d'intérêts", avait expliqué l'élue socialiste espagnole Isabel Garcia Munoz.