La Banque Nationale s'attend à des pertes inédites, le titre s'effondre en Bourse

La négociation des actions de la BNB a été suspendue mercredi matin.

La Libre Eco avec Belga
La Banque Nationale s'attend à des pertes inédites, le titre s'effondre en Bourse
©Shutterstock

La Banque nationale de Belgique (BNB) prévoit de terminer l'exercice en cours par une perte. Et les pertes devraient encore augmenter au cours des exercices suivants. La BNB l'a indiqué dans un communiqué de marché ce mercredi.

La négociation des actions de la BNB a été suspendue ce mercredi matin avant de reprendre. Le titre a perdu près de 30 % en fin de séance. Mardi, l'action avait déjà clôturé à son plus bas niveau depuis une dizaine d'années. Cette chute du cours de l'action était due à une lettre du président de la banque centrale néerlandaise adressée à la ministre néerlandaise des finances Sigrid Kaag, dans laquelle la banque déclarait s'attendre à des pertes en raison des hausses de taux d'intérêt de la Banque centrale européenne (BCE).

La BNB a également souligné mercredi que "les récentes évolutions de la politique monétaire et en particulier les augmentations du taux de base de la Banque centrale européenne de 50 et 75 points de base, respectivement, jusqu'à présent, auront un impact négatif sur les résultats des banques centrales de la zone euro".

Réévaluation des portefeuilles d'investissement

Cette attente est basée sur les derniers scénarios de risque de la Banque nationale. La perte attendue est "en partie due à la réévaluation des portefeuilles d'investissement de la Banque, évalués à la valeur du marché". "Toutefois, le facteur le plus important est l'augmentation du coût de financement des portefeuilles de politique monétaire : l'augmentation des coûts d'intérêt sur les dépôts détenus par les établissements de crédit auprès de la Banque est compensée par les faibles rendements (revenus d'intérêts, ndlr) auxquels les titres, pour la plupart à long terme, de ces portefeuilles ont été acquis", peut-on lire.

Une certaine incertitude entoure encore les scénarios de risque. L'impact final devrait être plus clair dans les mois à venir.

La perte prévue est une mauvaise nouvelle pour le gouvernement fédéral, qui reçoit la partie des bénéfices de la BNB qui reste après avoir retenu une partie pour les réserves et après avoir payé les dividendes. La BNB est détenue pour moitié par l'État et pour moitié par des actionnaires privés. Il est également possible que la BNB verse un dividende inférieur pour cette année.