Les stocks de pétrole des USA diminuent

Les stocks de pétroles des Etats-Unis se vident peu à peu, alors qu'une augmentation était initialement attendue.

LA Libre Eco avec AFP
Les stocks de pétrole des USA diminuent
©Belga

Les réserves commerciales de pétrole brut ont légèrement diminué la semaine dernière aux Etats-Unis, selon des chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), alors que les analystes attendaient une forte hausse.

Durant la semaine achevée le 23 septembre, ces stocks commerciaux ont baissé de 200.000 barils, quand le consensus, établi par l'agence Bloomberg, tablait sur une augmentation de deux millions de barils.

Ralentissement des importations et bond des exportations

Ce décalage par rapport aux prévisions s'explique, pour partie, par un ralentissement des importations et surtout un bond de 31% des exportations sur une semaine. Dans un contexte de crise énergétique en Europe et de sanctions frappant la Russie, le brut américain est très demandé. En moyenne sur quatre semaines, chiffre privilégié par les opérateurs, les exportations de pétrole sont supérieures de 40% à leur niveau de l'an dernier à la même époque.

Autre élément d'explication, la ponction des réserves stratégiques américaines a été sensiblement moindre que les semaines précédentes, à 4,6 millions de barils. A l'approche du terme, fin octobre, du programme d'utilisation de ces réserves décidé par le gouvernement du président Joe Biden pour tenter de soulager les cours de l'or noir, elles affichent désormais un niveau plus vu depuis juillet 1984.

Les réserves d'essence ont fondu

Davantage encore que des stocks commerciaux, la surprise est venue des réserves d'essence, qui ont fondu de 2,4 millions de barils, alors que les analystes les voyaient progresser de 500.000 barils. Quant à la demande d'essence, elle a rebondi de 6% sur une semaine, alors que le marché s'inquiète d'un fléchissement de l'appétit pour les produits raffinés aux Etats-Unis, qui serait le signe avancé d'une économie en cours de décélération. Au total, la demande de produits raffinés, pour la semaine terminée le 23 septembre, est ressortie à 20,7 millions de barils par jour, au plus haut depuis un mois et demi, en hausse de près de 10% sur une semaine. Quant à la production américaine, elle a légèrement baissé, à 12 millions de barils par jour, contre 12,1 millions la semaine précédente.