Les propositions de l'Union Wallonne des Entreprises pour remédier au "déséquilibre structurel" du service public wallon

L'action publique en Wallonie est financée par des déficits importants et une augmentation rapide de la dette, constate l'Union Wallonne des Entreprises (UWE) dans une nouvelle étude présentée mardi.

La Libre Eco avec Belga
"Ce n'est pas une attaque contre le service public", souligne Olivier de Wasseige. "Ce sont des propositions constructives et positives, un appel au dialogue."
"Ce n'est pas une attaque contre le service public", souligne Olivier de Wasseige. "Ce sont des propositions constructives et positives, un appel au dialogue." ©BELGA

Face à ce déséquilibre "structurel", l'organisation formule 15 propositions pour une redéfinition des contours de l'action publique avec une simplification des institutions wallonnes, davantage de partenariats avec le secteur privé et un assainissement de la situation budgétaire. Les institutions de la Région wallonne sont devenues "illisibles" et génèrent un niveau d'emploi public "rarement égalé" à l'étranger, déplore l'UWE. Selon ses calculs en l'absence de statistiques officielles, il représente 36 % de l'emploi total de la Région, contre 27 % en Flandre, alors que les dépenses publiques sont élevées et que la dette se creuse. "Il n'y a pas de marge budgétaire et fiscale pour financer cette générosité de l'action publique", résume l'organisation.

Au travers de ses 15 propositions d'actions et de mesures, elle propose donc de redéfinir le périmètre du service public tout en améliorant son efficacité. L'UWE souhaite que l'autorité wallonne se recentre sur son rôle de pilote en délimitant ses missions principales, dans les domaines régaliens mais aussi stratégiques comme l'éducation, la santé, la culture, le social, l'économie et l'environnement. "Les interventions publiques doivent être réservées aux situations où le marché ne parvient pas à atteindre les objectifs souhaités et où l'Etat peut mieux faire que lui", considère Olivier de Wasseige, administrateur délégué de l'UWE.

L'organisation souhaite également une rationalisation de l'architecture institutionnelle régionale avec la suppression des provinces entre autres, un renforcement de l'administration centrale en diminuant le nombre d'organismes publics, un alignement des statuts entre les secteurs public et privé ainsi qu'une trajectoire de retour et de maintien à l'équilibre des finances publiques.

"Ce n'est pas une attaque contre le service public", souligne Olivier de Wasseige. "Ce sont des propositions constructives et positives, un appel au dialogue." L'UWE propose la construction d'un "Pacte d'excellence" du service public avec l'administration et les partenaires sociaux.