Pas de Doel 2, ni de Tihange 3, pourtant les prix de l'électricité seront négatifs ce samedi

Les gros clients - pensez aux entreprises grandes consommatrices d'énergie - sont alors payés pour consommer de l'électricité.

La Libre Eco avec Belga
Pas de Doel 2, ni de Tihange 3, pourtant les prix de l'électricité seront négatifs ce samedi
©Shutterstock

Tihange 3 ne fonctionne pas et Doel 2 ne produit que partiellement de l'électricité. Pourtant, les prix de l'électricité seront négatifs demain/samedi. Le réacteur nucléaire de Tihange 3 est en panne inattendue depuis lundi, et il ne devrait pas être reconnecté au réseau avant le 15 octobre. Doel 2 a ensuite fait de même ce jeudi. Il ne reste donc que 3,5 gigawatts sur 5 de capacité nucléaire disponible.

Néanmoins, les prix négatifs de l'électricité s'appliquent demain/samedi sur le marché belge à court terme. Il s'agit du marché dit "day-ahead". Ce vendredi, une moyenne de 140,66 euros par mégawattheure sera payée pour l'électricité de demain. Samedi, entre 12 heures et 15 heures, les prix de l'électricité tombent toutefois en dessous de zéro, à -76 euros. Les gros clients - pensez aux entreprises grandes consommatrices d'énergie - sont alors payés pour consommer de l'électricité.

Samedi à midi, Doel 2 sera normalement déjà reconnecté au réseau, mais la centrale ne fonctionne qu'à un tiers de sa capacité. Les prix négatifs sont donc payés à un moment où Tihange 3 ne produit pas d'électricité et où Doel 2 ne produit que partiellement de l'électricité.

Cela est dû à la grande quantité d'énergie renouvelable attendue ce samedi. Le week-end sera ensoleillé, avec des températures chaudes et un vent qui ne tombera qu'après midi. En d'autres termes, si Doel 2 et Tihange 3 avaient fonctionné à pleine capacité, le prix de l'électricité aurait baissé encore plus.

En outre, le prix du gaz naturel a également fortement baissé. Sur le marché day-ahead du gaz naturel, le prix est même tombé à 80 euros par mégawattheure cette semaine. Les réserves sont pleines et les nuits sont encore assez chaudes. Cela rend également l'électricité produite par les centrales au gaz moins chère que pendant les pics de fin août et de début septembre.