L'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, lance sa première entreprise de véhicules électriques

La société, baptisée Ceer, "contribuera aux efforts de l'Arabie saoudite en matière de réduction des émissions de carbone et de développement durable pour faire face à l'impact du changement climatique".

Voiture électrique et borne de rechargement - electric car being charged

L'Arabie saoudite a annoncé jeudi le lancement de sa première marque de véhicules électriques, dans le cadre d'une initiative plus large visant à diversifier l'économie du premier exportateur mondial de pétrole.

La société, baptisée Ceer, "contribuera aux efforts de l'Arabie saoudite en matière de réduction des émissions de carbone et de développement durable pour faire face à l'impact du changement climatique", selon l'agence de presse officielle saoudienne, SPA.

Il s'agit d'un partenariat avec Foxconn, le plus grand employeur du secteur privé chinois, qui "développera l'architecture électrique des véhicules", a-t-on ajouté de même source.

Ceer "concevra, fabriquera et vendra une gamme de véhicules pour les consommateurs en Arabie saoudite et dans la région du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, y compris des berlines et des véhicules utilitaires sport", a-t-on poursuivi, ajoutant que l'entreprise devrait créer "30.000 emplois directs et indirects".

Les véhicules Ceer "devraient être disponibles en 2025", selon SPA.

L'année dernière, avant le sommet de la COP26, l'Arabie saoudite s'était engagée à atteindre l'objectif zéro émission nette de carbone d'ici 2060, suscitant le scepticisme des militants écologistes.