La confiance des investisseurs belges encore plus faible que pendant la crise financière, la crise de l'euro ou la pandémie

Avec seulement 57 points, un record à la baisse depuis 2004 et le lancement de cette enquête mensuelle, le baromètre est maintenant bien en dessous de son niveau neutre de 100 points.

argent euro money BCE richesse banque bank credit pret investissement business affaires finances financier prix monnaie change de hasard jeu futur change chance

La confiance des investisseurs belges a atteint un niveau historiquement bas en octobre, selon le baromètre ING des investisseurs publié mercredi. Elle est actuellement encore plus faible que pendant la crise financière, la crise de l'euro ou la pandémie. La moitié des investisseurs disent notamment qu'ils auront moins d'argent à investir l'année prochaine.

Avec seulement 57 points (un record à la baisse depuis 2004 et le lancement de cette enquête mensuelle), le baromètre est maintenant bien en dessous de son niveau neutre de 100 points. Cela indique un pessimisme élevé parmi les investisseurs belges, une situation qui persiste depuis février, constate la banque ING.

Plus de la moitié des investisseurs déclarent que la situation financière de leur famille s'est détériorée au cours des trois derniers mois et 61% d'entre eux affirment que le rendement de leur portefeuille a baissé. Les néerlandophones semblent d'ailleurs beaucoup plus pessimistes sur leur portefeuille et la situation économique que les francophones.

Pas moins de 76% des investisseurs ont constaté une détérioration de la situation économique au cours des trois derniers mois. Et les attentes pour les trois prochains mois ne sont pas non plus très élevées: 65% voient une nouvelle détérioration du climat économique, tandis que seulement 12% envisagent des jours meilleurs.

Plus de la moitié (56%) des investisseurs prévoient par ailleurs une hausse du chômage au cours des six prochains mois.

Enfin, les attentes à long terme des marchés boursiers sont à un niveau très bas, ce qui se traduit par un faible appétit pour le risque, et plus d'un tiers (43%) des investisseurs s'attendent à une hausse des taux d'épargne au cours des trois prochains mois.