Le pétrole se stabilise après les montagnes russes de lundi

Le marché se demande comment l'Opep+, sous la houlette de l'Arabie saoudite et de la Russie, va réagir à la fonte récente des prix.

Pétrole prix
Le cours du brut, qui avait plongé à son plus bas depuis le début de l'année, est remonté de plus belle et s'échange désormais peu ou prou à son niveau de vendredi soir. ©Shutterstock

Les prix du pétrole se stabilisent mardi après un tour de montagnes russes lundi, provoqué par un article sur une possible hausse de la production de l'Opep+ démenti par Ryad dans la foulée.

Vers 10H50 GMT (11H50 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier 2023 grappillait 0,42% à 87,82 dollars. Son équivalent américain, le West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en janvier, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, prenait 0,41% à 80,37 dollars.

L'Arabie saoudite a démenti lundi des informations du Wall Street Journal faisant état de discussions au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de ses alliés (Opep+) pour augmenter la production lors de leur prochaine réunion.

Résultat, le cours du brut, qui avait plongé à son plus bas depuis le début de l'année, est remonté de plus belle et s'échange désormais peu ou prou à son niveau de vendredi soir.

"Les bruits de couloir sur l'Opep+ commencent déjà", alors que la réunion n'aura lieu que le 4 décembre, soulignent les analystes de ING.

Le marché se demande comment l'Opep+, sous la houlette de l'Arabie saoudite et de la Russie, va réagir à la fonte récente des prix, intervenue malgré la décision d'abaisser leur production en novembre.

"Les fondamentaux de la demande restent moroses, avec une hausse du nombre de cas de Covid-19 en Chine et une décélération plus globale de l'économie", estiment les analystes de Barclays.

Cependant, la tendance pourrait repartir à la hausse "en cas d'assouplissement des mesures de confinement en Chine, d'une baisse marquée des exportations russes en raison des sanctions, ou de signaux tangibles que l'inflation faiblit", énumère Tamas Varga, analyste chez PVM.

Une inflation moins forte que prévu aux Etats-Unis rendrait le dollar moins coûteux, et comme la devise américaine fait référence sur le marché du brut, cela ferait monter le pouvoir d'achat des investisseurs utilisant d'autres monnaies.