La Moldavie paiera pour le gaz russe bloqué en Ukraine

La Molvadie explique que "tout le gaz livré à la Moldavie finit par arriver dans notre pays." Le gaz bloqué en Ukraine concerne surtout leurs réserves.

 Le groupe finlandais avait indiqué vendredi avoir été informé par le géant russe Gazprom de l’interruption samedi des livraisons.
©AFP

La Moldavie a assuré mercredi qu'elle paierait pour le gaz fourni par la Russie mais retenu en Ukraine par où il transite, après la menace de Moscou de réduire ses livraisons en accusant Kiev de siphonner un gazoduc.

Petite ex-république soviétique candidate à l'entrée dans l'Union européenne, la Moldavie se chauffe en grande partie avec ce gaz russe qui transite par le territoire ukrainien. Mardi, le fournisseur russe Gazprom a accusé Kiev d'en détourner une partie et menacé de réduire les volumes envoyés vers Chisinau dès la semaine prochaine.

"Notre pays a toujours payé pour ces quantités"

"Pour être clair, tout le gaz livré à la Moldavie finit par arriver dans notre pays", a déclaré le vice-Premier ministre moldave, Andrei Spinu. "Les volumes de gaz auxquels Gazprom fait référence et qui restent en Ukraine sont nos réserves et elles sont stockées dans des entrepôts en Ukraine. Notre pays a toujours payé pour ces quantités et continuera de les payer dans leur intégralité", a-t-il ajouté.

La Moldavie, 2,6 millions d'habitants, subit de plein fouet les conséquences du conflit en Ukraine, en particulier sur le plan énergétique alors que Gazprom a déjà réduit de moitié ses exportations de gaz vers Chisinau.

Gazprom accuse l'Ukraine

Le géant gazier russe a accusé mardi les Ukrainiens d'avoir détourné 52,5 millions de mètres cubes de gaz destinés à la Moldavie et a menacé de commencer à réduire les livraisons à partir de lundi.

Les pays européens accusent régulièrement Moscou de se servir de sa manne gazière, dont ils dépendent encore fortement, pour faire pression sur eux afin de les punir de leur soutien à l'Ukraine. "Les pressions, le chantage et les menaces ne marchent plus", a déclaré mercredi M. Spinu.