Les employeurs annoncent des prévisions d'embauche positives pour le deuxième trimestre 2021, selon le baromètre trimestriel de ManpowerGroup. Mais la pandémie de Covid-19 devrait continuer d'affecter les décisions des employeurs, puisque moins d'un tiers d'entre eux (28 %) s'attend à un retour à la normale dans l'année.

© Manpower

En Belgique, 13 % des 474 employeurs sondés fin janvier prévoient de renforcer leurs effectifs d'ici la fin du mois de juin 2021, tandis que 4 % d'entre eux prévoient de les réduire. 80 % des employeurs interrogés n'anticipent aucun changement. Après correction des variations saisonnières, la prévision nette d'emploi - ou le différentiel entre le pourcentage d'employeurs prévoyant des embauches et le pourcentage de ceux prévoyant des licenciements - atteint la valeur de +8 %. C'est une hausse de 2 points par rapport au trimestre précédent, mais il s'agit encore d'un recul de 5 points par rapport à la même période l'an dernier.

© Manpower

Les intentions de recrutement sont positives dans les trois Régions du pays, avec une prévision nette d'emploi de +13 % en Wallonie, +7 % en Flandre et +2 % à Bruxelles.

© Manpower

Les prévisions sont positives dans tous les secteurs, à l'exception de l'horeca. Les employeurs du secteur de la construction (+18 %) se montrent les plus optimistes

2021, année de transition

"A l’instar des derniers chiffres en provenance du secteur de l’intérim, les résultats de notre baromètre de l’emploi indiquent un renforcement de la confiance des employeurs et une activité de recrutement en progression par rapport au trimestre précédent", explique Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup BeLux. "Cependant, cette année 2021 se profile déjà comme une année de transition avec seulement 28% des employeurs sondés qui s'attendent à ce que leurs recrutements atteignent d’ici la fin de 2021 un rythme équivalent à celui précédant la crise sanitaire."

"La solidité de la reprise dépendra fortement de la réussite de la campagne de vaccination et une majorité des employeurs sondés comptent sur la bonne volonté de leurs employés pour y participer", ajoute-t-il. 42 % des employeurs sondés n'envisagent d'ailleurs pas d'établir des règles fixes, tandis que 32 % prévoient de les y encourager en faisant valoir les avantages, précise le baromètre.