Skeyes, le gestionnaire du trafic aérien en Belgique, et la Sowaer, en charge des aéroports wallons, ont signé, ce mardi, un accord "historique" entérinant l'implantation du premier centre de tours de contrôle numériques à Namur, commun aux aéroports de Liège et de Charleroi. Pour l'occasion, l'administrateur délégué de skeyes, Johan Decuyper, et le ministre fédéral de la Mobilité, Georges Gilkinet, avaient fait le déplacement dans la capitale wallonne où ils ont retrouvé le ministre régional des Aéroports, Jean-Luc Crucke, et le président du comité de direction de la Sowaer, Nicolas Thisquen.

Ensemble, ils sont revenus sur les différentes étapes ayant conduit à cet accord, dont les prémices remontent à 2014. A l'époque, face à la nécessité de rénover les tours de contrôle des aéroports régionaux wallons, différents scénarios ont été analysés afin de garantir la sécurité du trafic aérien et la continuité des activités aéroportuaires. Et c'est l'option de la construction d'un centre de tours de contrôle numériques qui s'est détachée des études de faisabilité.

Skeyes et la Sowaer ont alors conclu un partenariat stratégique pour installer ce centre à Namur, avec un triple objectif : augmenter la sécurité aérienne grâce aux technologies de réalité augmentée, renforcer la continuité des opérations aéroportuaires en Wallonie et améliorer l'efficacité des services de navigation aérienne.

Un budget de 8,5 millions d'euros

"Cette avancée permettra à la Wallonie d'être une pionnière en Belgique. L'arrivée des tours de contrôle numériques à Namur nous permettra d'assurer une sécurité accrue de nos deux aéroports et de remédier à l'absence de tours de contingence qui n'avait pas pu être solutionnée par le passé", a commenté Jean-Luc Crucke.

"Nous continuons à investir dans les technologies du futur. Dans un contexte de concurrence accrue entre les aéroports au niveau international, la numérisation est essentielle pour la fourniture de services de navigation aérienne de qualité et compétitifs. Cela soutient l'ensemble du secteur de l'aviation et l'économie belge", a pour sa part souligné le patron de skeyes.

"Cette technologie pourra aussi bénéficier à notre environnement. Avec une meilleure anticipation et une planification plus performante du trafic aérien, skeyes pourra contribuer à la rendre plus économe en carburant et à réduire les nuisances sonores produites. L'innovation peut être une alliée du climat. Et c'est dans cette direction que je souhaite orienter tout le secteur aérien", a enfin estimé Georges Gilkinet.

Concrètement, c'est la Sowaer qui construira le bâtiment - le Remote Tower Center - dans le parc d'activités Ecolys à Namur, où elle installera également son siège social. Elle sera responsable et propriétaire du bâtiment et octroiera un bail emphytéotique à skeyes d'une durée de 20 ans renouvelable. Elle veillera également à l'octroi d'un droit de superficie sur les aéroports afin d'installer les mâts et les caméras qui constituent la base du système des tours numériques, le tout pour un budget estimé à environ 8,5 millions d'euros.