Conjoncture

Six mois après l’entrée en vigueur de la mesure permettant de bénéficier de 500 euros défiscalisés et exonérés de cotisations sociales pour une ou plusieurs activités complémentaires jusqu’à 6000 euros par an, quelque 8 000 Belges y ont recours, selon des chiffres communiqués vendredi par le cabinet de la ministre des Affaires sociales Maggie De Block (Open VLD).

Depuis le 15 juillet 2018, les travailleurs occupés à au moins quatre cinquièmes temps, les pensionnés et les indépendants ont la possibilité de gagner jusqu’à 500 euros complémentaires par mois sans devoir payer d’impôts en réalisant des tâches soit dans le secteur associatif, soit dans les services de citoyen à citoyen, soit dans l’économie collaborative. Concernant ce troisième secteur, les données chiffrées ne sont pas encore connues (elles viendront plus tard, en provenance du ministère des Finances).

D'abord des salariés, ensuite des pensionnés

Pour les deux premières catégories, les salariés sont les principaux bénéficiaires du système, devant les pensionnés et, loin derrière, les indépendants. C’est le domaine du sport qui y recourt le plus souvent, notamment pour les postes de coaches.

© ipm