Le géant allemand de l'assurance Allianz veut adapter son offre dans l'assurance vie en France au contexte de taux bas, répondant à un appel en ce sens de la Banque de France, a indiqué vendredi un haut dirigeant du groupe.

En France, "nous devons vraiment réfléchir aux nouveaux produits que nous allons introduire sur le marché", a déclaré le directeur financier d'Allianz, Guilio Terzariol, lors d'une conférence téléphonique sur les résultats du troisième trimestre.

L'environnement de taux bas pèse sur les compagnies d'assurances en compliquant leur tâche de faire fructifier l'argent de leurs clients.

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a appelé fin octobre les assureurs à "amplifier leurs efforts dans deux directions : la baisse des taux servis et la diversification des produits et du modèle d'affaires."

Dans l'assurance-vie, Allianz dit être particulièrement gêné par l'environnement des taux bas en France, tandis qu'il s'en sort en Allemagne et en Italie, où ses positions sont plus fortes, et sur le marché américain, où l'univers des taux est différent.

L'assureur a annoncé vendredi avoir dégagé au troisième trimestre un bénéfice net en hausse de 0,6% sur un an, à 1,95 milliard d'euros, malgré un recul de la performance opérationnelle de 10% dans sa division phare, l'assurance dommages.

Au sein de celle-ci, la branche AGCS couvrant les risques industriels d'entreprises a affiché un ratio combiné, mesure de la performance de l'activité, à 102,5%.

Cet indicateur clé rapporte le montant des primes encaissées aux remboursements effectués ou provisionnés. S'il passe au-dessus des 100%, l'activité est en perte.

L'assureur explique la mauvaise passe chez AGCS par la réévaluation de la couverture de dossiers qui ont des remboursements encore pendants, tandis que les prix des polices s'y rapportant étaient peu élevés jusqu'à 2018.

Une tendance en train de changer sur les neuf premiers mois de 2019, le munichois ayant obtenu une hausse de près de 8% des prix sur les renouvellements de polices auprès de clients industriels.

M.Terzariol s'est ainsi dit "très confiant de voir AGCS afficher à partir de l'an prochain un ratio combiné bien inférieur à 100%."

En global, ce ratio s'est dégradé de 1,2 point sur le trimestre écoulé, à 94,3%, tout en restant proche de la valeur cible de 94,0% sur l'année.

Allianz a également précisé sa prévision annuelle de résultat opérationnel après avoir dégagé des performances trimestrielles "très bonnes (...) dans un environnement difficile" du fait des taux bas, selon le patron du groupe, Oliver Bäte.

Le groupe vise désormais un résultat "dans la moitié supérieure" de la fourchette fixée entre 11 et 12 milliards d'euros autour de la valeur pivot de 11,5 milliards d'euros, le tout dépendant des événements, crises ou catastrophes naturelles.

En Bourse, le titre Allianz perdait, à environ 10H30, 1,82% à 221,0 euros, figurant en queue d'un Dax en recul de 0,24%.