Les eurodéputés ont exprimé jeudi leurs inquiétudes après la nomination d'un haut responsable de la régulation bancaire dans l'UE à la tête d'un lobby représentant les marchés financiers européens, et ont invité les institutions à Bruxelles éviter tout contact avec lui pendant deux ans.

L'avertissement a été émis dans une résolution votée en commission, qui doit encore été approuvée lors d'une séance plénière du Parlement européen.

Le Hongrois Adam Farkas, actuel directeur exécutif de l'Autorité bancaire européenne (EBA), a été nommé en septembre à la tête de l'Association des marchés financiers en Europe, l'Afme. Il doit prendre ses fonctions le 1er février.

L'Afme est un puissant lobby représentant, selon son site internet, "les principales banques mondiales et européennes ainsi que d'autres acteurs importants du marché des capitaux".

Cette nomination avait suscité les critiques de plusieurs ONG, comme Finance Watch et Corporate Europe Observatory, la jugeant contraire aux règles qui entourent le statut des fonctionnaires de l'UE.

L'EBA avait expliqué avoir "procédé à une évaluation du conflit d'intérêts potentiel découlant" du nouvel emploi de M. Farkas et décidé qu'il ne participerait plus à ses "travaux de politique et de supervision" pour se concentrer "exclusivement sur les questions opérationnelles jusqu'au 31 octobre 2019".

M. Farkas ne pourra "s'engager dans des activités de lobbying ou de défense des intérêts de l'EBA, ou avoir des contacts professionnels avec le personnel de l'EBA, pendant 24 mois après avoir quitté l'Autorité".

Il ne pourra pas non plus "conseiller les membres de sa nouvelle organisation (...) sur des sujets directement liés au travail qu'il a effectué" à l'EBA.

"Reconsidérer cette autorisation"

Dans leur résolution, les eurodéputés de la commission des Affaires économiques et monétaires invitent l'EBA à "reconsidérer cette autorisation", selon un tweet du Parlement européen.

Ils demandent également aux institutions européennes de s'abstenir de tout contact avec M. Farkas pendant deux ans et au Parlement européen d'examiner "très attentivement la question de savoir si un badge d'accès" doit lui être délivré en tant que lobbyiste.

"Les déplacements entre les institutions publiques et les organisations de lobbying sans délai de réflexion, comme celui de Farkas, portent atteinte à la confiance dans la démocratie", a estimé dans un communiqué l'eurodéputé écologiste allemand Sven Giegold.

Il a invité la Commission à "réviser et harmoniser le plus rapidement possible" ces règles.

En France, Marie-Anne Barbat-Layani a récemment fait le chemin inverse de M. Farkas: directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF), organisme qui défend les intérêts du secteur bancaire, elle a été nommée fin octobre secrétaire générale des ministères économiques et financiers, une fonction qu'elle occupe depuis le 1er décembre.