"Nous ne pouvons pas nous permettre d'être à nouveau pris au dépourvu. La menace de la prochaine pandémie pendra toujours au-dessus de nos têtes - à moins que le monde ne prenne les mesures pour l'empêcher", écrit le multimilliardaire dans une "lettre annuelle" co-signée par son épouse Melinda.

Pour éviter des ravages similaires à ceux du Covid-19, "la préparation à la prochaine pandémie doit être prise autant au sérieux que la menace d'une guerre". "Stopper la prochaine pandémie nécessitera de dépenser des dizaines de milliards de dollars d'investissements chaque année, mais souvenez-vous que le coût de la pandémie de Covid-19 pour le monde entier est estimé à 28.000 milliards de dollars", relève le co-fondateur et ancien patron de Microsoft.

"Le monde doit dépenser des milliards pour sauver des milliers de milliards (et empêcher des millions de morts). Je pense que c'est la meilleure et la plus rentable des polices d'assurance que le monde puisse se payer", écrit Bill Gates.

Pour l'Américain, qui fait partie des trois hommes les plus riches du monde selon le classement du magazine Forbes, "le gros de l'investissement doit venir des pays riches" car ce sont leurs gouvernements qui y ont le plus à gagner.

Outre les investissements scientifiques qui doivent permettre de vaincre la pandémie de Covid-19 et d'autres à venir (diagnostics, vaccins, traitements, etc.), Bill Gates appelle aussi à mettre en place un "système d'alerte global, dont nous ne disposons pas à grande échelle aujourd'hui", afin de pouvoir dépister les épidémies le plus tôt possible.

Le milliardaire, qui avait déjà sonné l'alarme sur les dangers des pandémies, en particulier dans une célèbre conférence TED de 2015, préconise en outre la création d'une force de réaction rapide pour les maladies infectieuses, "des pompiers de la pandémie" qui seraient en alerte en permanence pour répondre à une crise sanitaire potentielle. Bill Gates estime qu'il faudrait environ 3.000 de ces professionnels répartis dans le monde.

Bill Gates est très engagé dans la promotion et le financement de la vaccination, notamment dans les pays en développement, via la Fondation Bill et Melinda Gates, qui a déjà selon lui investi 1,75 milliard de dollars pour lutter contre la pandémie de coronavirus.