L'activité dans le secteur privé s'est à nouveau contractée en septembre au Royaume-Uni en raison des craintes entourant le Brexit, ce qui pourrait faire tomber le pays en récession au troisième trimestre, a annoncé jeudi le cabinet Markit. 

L'indice PMI tous secteurs (construction, industrie et services) a reculé à 48,8 le mois dernier, contre 49,7 en août. L'activité apparaît en progression lorsque l'indice dépasse 50 points mais un score inférieur à ce niveau témoigne d'un repli.

Le chiffre pour le puissant secteur des services (finance, transport, etc), qui représente la grande majorité de l'économie britannique, est tombé à 49,5 en septembre, sous 50 pour la cinquième fois seulement en une décennie.

Les entreprises interrogées par Markit ont mis en avant le poids de l'incertitude autour du Brexit qui a conduit leurs clients à repousser leurs projets de dépenses et d'investissement.

En outre, des clients internationaux ont choisi de se tourner vers d'autres marchés que le Royaume-Uni du fait de la possibilité d'un Brexit sans accord fin octobre qui se traduirait par le retour de droits de douane et barrières douanières entre le pays et le continent.

Pour Chris Williamson, économiste chez IHS Markit, les indices PMI témoignent d'un "recul de 0,1% du PIB au troisième trimestre" après une baisse de 0,2% enregistré au deuxième trimestre.

Autrement dit, "le Royaume-Uni fait face à un risque élevé de récession", soit deux trimestres consécutifs de recul du produit intérieur brut (PIB), selon lui.

L'économie britannique bat de l'aile avant même que le Brexit ne soit effectif et alors que le gouvernement a fait une dernière offre à Bruxelles pour obtenir un accord de l'UE.