Une dizaine de jours après la sortie effective du Royaume-Uni de l’Union européenne, les employeurs et travailleurs belges sont soumis à de nouvelles règles selon que le contrat ait commencé avant ou après le 1er janvier 2021 - soit la date d’entrée en vigueur de l’accord.

L’accord du Brexit ne régit pas l’emploi permanent en Belgique ou au Royaume-Uni mais concerne la prestation temporaire de services et la sécurité nationale. S’il reste encore quelques étapes avant la ratification officielle du texte, les nouvelles règles d’occupation de personnel sont presque entièrement fixées. SD Worx fait le point.

Pour les travailleurs belges

Depuis le 1er janvier 2021, les Belges qui souhaitent travailler au Royaume-Uni doivent obtenir un visa de travailleur qualifié. Ce visa dépend d’un nombre de points que l’on peut obtenir selon l’employeur, le type d’emploi ou encore le bilinguisme du travailleur. Dans certains cas, par exemple pour des réunions ou des négociations de contrats, les travailleurs belges n’ont pas besoin de visa pour se rendre au Royaume-Uni.

Si le travailleur belge a débuté son emploi avant le 1er janvier 2021, celui-ci doit demander un statut d’établi ou de préétabli avant le 30 juin 2021 afin de régulariser son séjour. Pour les employeurs, tout reste inchangé. Aucune demande de permis de travail ne doit être introduite. Ce statu quo s’applique également aux détachements. Tant que le détachement ne sera pas interrompu après le 1er janvier 2021, les salariés belges continueront à être couverts par la sécurité sociale belge.

Pour les travailleurs britanniques

Si le contrat démarre après le 1er janvier 2021, la règle des 90 jours détermine le cas de figure à suivre. Par exemple, les travailleurs britanniques pour des périodes inférieures à 90 jours n’ont pas besoin d’un visa pour venir chez nous, mais ils doivent obtenir un permis de travail. L’employeur demande un permis de travail dans la Région où le travailleur britannique va travailler. Si le séjour dépasse 90 jours, le séjour et le travail doivent être organisés avec le permis unique.

Si l’emploi a débuté avant le 1er janvier, rien ou presque ne changera, ni pour le travailleur ni pour l’employeur. Les Britanniques seront contactés pour obtenir un nouveau document de séjour. Si ceux-ci séjournent en Belgique de façon permanente, ils doivent conserver une copie de ces documents, tout comme l’employeur.