Le gouvernement allemand a annoncé vendredi des prêts "sans limite" pour aider les entreprises du pays confrontées à des problèmes de trésorerie en raison de l'épidémie de coronavirus, d'une valeur d'au moins 550 milliards d'euros.

"Il n'y a pas de limite vers le haut, c'est le message le plus important", a déclaré le ministre des Finances Olaf Scholz, en détaillant ce plan d'aide, plus important encore que celui mis en place lors de la crise financière de 2008.

Il s'agit d'une "initiative sans précédent dans l'histoire d'après-guerre" du pays, a ajouté le ministre de l'Economie Peter Altmaier.

L'enveloppe de départ de 550 milliards d'euros correspond à des prêts avec garantie de l'Etat qui vont être accordés sans limite par la banque publique KfW, qui avait déjà joué un rôle crucial pour limiter les effets de la crise bancaire et financière il y a plus de 10 ans.

Les entreprises confrontées à des chutes d'activité ou des problèmes de trésorerie pourront toutes en profiter, comme celles du transport aérien, du tourisme ou de la gastronomie par exemple.

L'objectif est d'éviter une vague de faillites. Le ministre de l'Economie n'a pas non plus exclu une prise de participation provisoire de l'Etat dans des entreprises en difficulté jugées stratégiques, dans le secteur technologique notamment.

Son collègue des Finances a parlé d'un "bazooka" sorti par le gouvernent pour "faire ce qui est nécessaire" afin de faire face aux conséquences économiques de l'épidémie, qui a fait à ce jour 6 morts dans le pays pour 2.369 cas vendredi.

La formule "bazooka" se veut une référence aux mesures spectaculaires de soutien prises en son temps par l'ancien président de la Banque centrale européenne Mario Draghi pour sauver la zone euro au moment de la crise de la dette.

Et "nous rechargerons nos armes si c'est nécessaire", a assuré M. Altmaier.

La chancelière Angela Merkel avait déjà cette semaine indiqué être prête si nécessaire à abandonner la règle allemande du "zéro déficit" budgétaire face au coronavirus.