Investi jeudi de pouvoirs spéciaux par le parlement bruxellois, le gouvernement bruxellois a aussitôt décidé de prendre des mesures économiques et sociales sans précédent pour soutenir les secteurs les plus touchés. Le montant qui y sera consacré sera plus élevé que prévu initialement: 150 millions d'euros.

Il y aura une prime unique de 4.000 euros par entreprise dont la fermeture est rendue obligatoire à la suite des décisions adoptées par le Conseil national de Sécurité, dans les secteurs de la restauration, de l'hébergement, des agences de voyage, voyagistes, services de réservation et activités connexes; du commerce de détail -à l'exception des magasins d'alimentation (y compris les magasins de nuit), des magasins d'alimentation pour animaux, des pharmacies, des points "presse", des stations-services et fournisseurs de carburants-; ainsi que le secteur des activités récréatives et sportives.

Les salons de coiffure - dont les activités ont été strictement contingentées - bénéficieront d'une prime unique 2.000 euros.

C'était dans l'air: le paiement de la City Tax est suspendu pour le premier semestre 2020.

Il se confirme aussi qu'il y aura un soutien significatif à la trésorerie des entreprises touchées via l'octroi de garanties publiques (via le Fonds bruxellois de garantie) sur des prêts bancaires, pour un total de 20 millions d'euros.

Finance&Invest.brussels sera investi d'une mission déléguée qui comprend notamment la possibilité d'un prêt à taux réduit aux fournisseurs clés du secteur Horeca et pour les établissements Horeca qui emploient plus de 50 personnes.

Le gouvernement bruxellois a également annoncé un moratoire sur le remboursement en capital des prêts octroyés par Finance&invest.brussels aux entreprises impactées des secteurs touchés.

L'accompagnement des entreprises en difficulté par hub.brussels en collaboration avec le Centre pour entreprises en difficultés (CED) sera renforcé via une hausse de dotation de 200.000 euros.

Le secteur des taxis ne devra pas payer la taxe sur l'exploitation des taxis ou voitures avec chauffeur pour l'année 2020.

Normalement exclues des aides économiques, les entreprises d'économie sociale d'insertion pourront bénéficier de tous les dispositifs anti-crise mis en place pour soutenir le tissu économique bruxellois.

Dans un cadre fédéral harmonisé, le versement de l'intervention régionale, soit 14,6 euros par heure qu'elle soit prestée ou non, aux entreprises titres-services est maintenue. Cela permettra de payer le salaire des aides-ménagères, pour autant que les entreprises ne pratiquent pas le chômage économique.

En matière de commerce extérieur, à la suite de l'annulation de missions à l'étranger, hub.brussels contactera individuellement les entreprises pour les informer et leur expliquer la manière dont le remboursement de leurs frais peut être organisé, etc.)

Parmi d'autres mesures, le gouvernement bruxellois a décidé de modifier la date d'entrée en vigueur de l'envoi des amendes prévues dans le cadre de la Zone de basse émission prévue initialement le 1er avril 2020 et de suspendre temporairement l'envoi de celles pour les véhicules concernés depuis 2018.​