Ce montant représente les dépenses publiques de la Belgique qui sont dues pour l'adoption de mesures nationales directement liées aux régimes de chômage partiel et de mesures similaires pour faire face aux effets économiques et sociaux de l'événement exceptionnel causé par l'épidémie de Covid-19.

"Sur le montant total de 7,77 milliards d'euros, 6,21 milliards d'euros sont des dépenses du gouvernement fédéral, le reste étant des dépenses des Régions et des Communautés", a précisé l'agence, qui dépend de l'administration générale de la Trésorerie du SPF Finances, dans un communiqué.

L'assistance au titre de l'instrument SURE prendra la forme de prêts accordés par l'Union européenne. Il est prévu que l'UE commence à verser les prêts à la Belgique et aux autres États membres qui ont demandé à bénéficier de l'instrument à partir de septembre prochain et jusqu'à la mi-2021, pour la première série de demandes.

La Commission européenne avait lancé début avril ce nouvel instrument temporaire, dénommé SURE, doté d'une enveloppe allant jusqu'à 100 milliards d'euros, pour aider à protéger les emplois et les travailleurs en accordant des prêts à taux favorables.

"Ceci démontre que l'Europe peut agir rapidement en temps de crise et qu'elle est capable d'une solidarité concrète à grande échelle. Les États membres ne peuvent faire face efficacement aux conséquences sociales et économiques négatives de la crise que s'ils coopèrent de manière intensive, ce dont le programme SURE est un excellent exemple", a commenté le ministre des Finances, Alexander De Croo (Open Vld), cité par le communiqué.

"Ce programme aide la Belgique à diversifier le financement de sa dette publique tout en obtenant un soutien supplémentaire pour les besoins de financement de ses Régions et communautés. Ainsi, SURE aide les autorités belges à permettre à plus d'un million de salariés, d'indépendants et de PME de traverser cette période difficile", a-t-il ajouté .

La décision du Conseil européen (les Etats-membres) d'accorder une aide à la Belgique est attendue "dans un avenir proche".

Après cette décision, l'Agence de la dette belge pourra mettre à jour son plan de financement 2020 si elle choisit de demander une première tranche de prêt en 2020.