A certains moments, elle a baissé de 25%, confirme Elia dans son rapport financier semestriel, publié mercredi. Depuis mi-juin, la consommation d'électricité est repartie à la hausse, tendant vers un retour à la normale. La baisse moyenne a été plus importante chez les consommateurs raccordés au réseau de distribution (-17%) par rapport aux 149 clients industriels d'Elia qui sont directement connectés au réseau haute tension (-14%), ajoute le rapport.

Quant au prix moyen de l'électricité, il repart également à la hausse, atteignant début juin 22€/MWh, après avoir enregistré sa valeur la plus basse de l'histoire au mois d'avril (14,7 €/MWh). "La production électrique était suffisante mais la demande avait nettement diminué. Ce phénomène s'est intensifié en avril", précise le gestionnaire du réseau de transport d'électricité à haute tension.

50Hertz, la filiale allemande d'Elia, a de son côté enregistré une baisse moyenne de consommation de 8% au plus fort de la crise, avec de nombreux secteurs qui ont poursuivi leurs activités. Au cours du premier semestre, la demande en électricité a été couverte à 65% par les énergies renouvelables, surtout l'éolien et le solaire, ce qui représente un nouveau record.

Après une brève intervention, les travaux de construction ont repris chez Elia, indique le groupe, avec des méthodes de travail adaptées. Les chantiers les plus complexes ont pu redémarrer au mois de mai.

"La plupart des activités opérationnelles du Groupe Elia se poursuivant en raison de leur importance socio-économique et de la nature largement réglementée des activités dans lesquelles nous opérons, nous ne prévoyons pas que Covid-19 ait un impact significatif sur le résultat financier pour 2020", commente Elia.