Avec les mesures restrictives annoncées jeudi soir à l'issue d'un Conseil national de sécurité, la Belgique doit s'attendre à un impact économique "direct et violent" sur certains secteurs touchés en première ligne, comme l'horeca, la culture et les loisirs, selon les mots de l'UCM. D'autres conséquences sont-elles à prévoir ?

Le secteur hôtelier

Le secteur hôtelier bruxellois craint d'énormes conséquences dues à l'épidémie de coronavirus. "La crise est deux à trois fois plus grave qu'après les attentats" , regrette le président de la Brussels Hotel Association (BHA). Un appel a été lancé pour obtenir des mesures de soutien exceptionnelles.

Les cryptomonnaies

Les craintes autour du coronavirus rendent les adeptes du bitcoin nerveux: la cryptomonnaie a également perdu beaucoup de sa valeur vendredi, suivant la tendance des marchés financiers les jours précédents. Selon Coinmarketcap, qui surveille différents marchés où est échangée la cryptomonnaie, le bitcoin valait vendredi matin un peu plus de 5.000 dollars, soit un tiers de moins que le jour précédent. Jeudi, cette monnaie avait déjà perdu un cinquième de sa valeur. Elle valait encore 8.000 dollars il y a peu.

Le pétrole 

Les cours du pétrole remontaient nettement vendredi vers 08H20 GMT, inversant leur tendance baissière de la matinée en Asie après des frappes américaines contre un groupe pro-iranien en Irak, pays producteur de pétrole et membre de l'Opep. Vers 08H20 GMT le baril de brut américain WTI gagnait 4,1% à 32,79 dollars, pendant que le baril de Brent de la mer du Nord prenait 4% à 34,55 dollars.