L'Association internationale du transport aérien (Iata) a mis à jour son analyse de l'impact financier du coronavirus sur le secteur aérien. 

"Les perspectives de l'industrie dans une grande partie du monde ont pris une tournure dramatique", estime Alexande de Juniac, le patron de l'association. L'Iata estime ainsi que les pertes de revenus pour le secteur du transport de passagers à l'échelle mondiale en 2020 se situeront entre 63 milliards de dollars (dans un scénario où le coronavirus est contenu dans les marchés actuels) et 113 milliards de dollars, soit plus de 100 milliards d'euros, (dans un scénario où le virus se répand plus largement),. Aucune estimation n'est encore disponible concernant l'impact sur les opérations de fret.

" Les marchés financiers ont fortement réagi" , rappelle l'association dans un communiqué. "Le cours des actions des compagnies aériennes a chuté de près de 25 % depuis le début de l'épidémie, soit 21 points de pourcentage de plus que la baisse survenue à un moment similaire lors de la crise du SRAS en 2003".

Dans le cas où l'épidémie continuerait à se propager, l'Iata estime une perte de 19 % des recettes mondiales provenant du transport aérien, soit une un impact d'une ampleur équivalente à celle que le secteur a connue lors de la crise financière mondiale.

L'Europe occidentale serait particulièrement touchée avec une chute de 24% du nombre de passagers en et une perte sèche proche de 35 milliards d'euros pour les compagnies aériennes. Seule lueur au milieu de ces sombres perspectives. Les prix du pétrole ont considérablement baissé (-13$ /baril de Brent) depuis le début de l'année. Ce qui pourrait réduire les coûts jusqu'à 28 milliards de dollars sur la facture de carburant de 2020.

" De nombreuses compagnies aériennes réduisent leurs capacités et prennent des mesures d'urgence pour réduire leurs coûts; estime M. de Juniac. " Les gouvernements doivent en prendre note. Les compagnies aériennes font de leur mieux pour rester à flot alors qu'elles accomplissent la tâche vitale de relier les économies du monde. Alors que les gouvernements envisagent des mesures de relance, le secteur du transport aérien devra envisager des allègements en matière de taxes, de redevances et d'attribution des créneaux horaires. Nous vivons une période extraordinaire ".