Le Danemark a annoncé, au début du mois d'avril, la mise en place de mesures pour aider les entreprises en difficulté qui font face à la crise du coronavirus. Les montants se chiffrent à environ 400 milliards de couronnes danoises en tout. Soit plus de 53 milliards d'euros. Sur la chaîne danoise TV2, le ministre des Finances Nicolai Wammen a déclaré que le pays allait émettre des obligations d'Etat pour financer ces mesures.

"Nous avons une position plus forte que beaucoup d'autres pays et nous sommes en mesure d'emprunter de l'argent pour traverser cette situation de la meilleure des façons", a déclaré Nicolai Wammen. Précisons que le Danemark est l'un des pays les mieux notés par les agences de notations (grade AAA chez Moody's par exemple, et ce depuis de nombreuses années).

Par contre cette annonce a été suivie d'une autre, et pas des moindres: le pays prévoit d'exclure toute entreprise qui verse des dividendes ou qui a recours aux paradis fiscaux, apprend-on sur Bloomberg.

Une décision forte donc, alors que le gouvernement a prévu d'allonger la période de soutien aux entreprises jusqu'au 8 juillet, tout en annonçant 125 milliards de couronnes supplémentaires aux aides annoncées auparavant. Par ailleurs, le pays commence d'ailleurs à lever petit à petit les mesures de confinement pour relancer son économie.