L'interdiction est difficile à maintenir plus longtemps sur le plan juridique, estime le Luxembourgeois. Le Royaume-Uni et les États-Unis devraient en outre à nouveau autoriser les institutions financières à distribuer leurs bénéfices.

Fin mars, la BCE avait demandé aux banques de la zone euro de ne pas verser de dividendes ni de racheter d'actions propres tant que durerait la pandémie de Covid-19. Le capital conservé devait permettre de contribuer à l'"effort collectif" et de "soutenir les ménages, les petites entreprises et les entreprises emprunteuses". Ce tampon supplémentaire visait notamment à absorber les pertes liées à des prêts que les entreprises ou les consommateurs ne pourraient plus rembourser.

La BCE avait répété cet avis en juillet, prolongeant la mesure jusqu'en janvier 2021. L'institution avait alors indiqué qu'elle réévaluerait la nécessité de prolonger ces recommandations au quatrième trimestre.

Elle avait déjà laissé entrevoir une éventuelle solution provisoire le mois dernier: certaines banques en bonne santé économique pourraient verser un dividende, qui resterait cependant limité dans un premier temps.