La baisse des exportations de biens et services des entreprises belges pourrait atteindre 92 milliards d'euros en valeur absolue (101 milliards de dollars) par rapport à 2019, selon la dernière étude de l'assurance-crédit Euler Hermes. 

Il s'agirait d'un recul historique provoqué par la crise du coronavirus. La Belgique occupe la 12e place du classement établi par Euler Hermes en termes de pertes attendues à l'export, derrière l'Italie (-101 milliards de dollars également) et devant la France (-98 milliards). Les pays qui devraient subir les plus grosses pertes au commerce extérieur sont la Chine (-275 milliards de dollars), les États-Unis (-246 milliards), l'Allemagne (-239 milliards), le Royaume-Uni (-167 milliards), la Russie (-160 milliards), le Japon (-159 milliards) et les Pays-Bas (-147 milliards).

Les secteurs les plus touchés au niveau mondial par les pertes d'exportations de biens seront par ailleurs ceux de l'énergie (-733 milliards de dollars), des métaux (-420 milliards) et de l'automobile (-270 milliards). Au contraire, les secteurs Software & IT (+51 milliards) ainsi que pharmaceutique (+27 milliards) enregistreront une augmentation des exportations, prévoit Euler Hermes.

Selon des prévisions publiées début mai, la Commission européenne indiquait s'attendre à une baisse de 10,6% des exports belges de biens et services en 2020. Les importations devraient néanmoins diminuer dans les mêmes proportions, la balance commerciale est donc attendue quasiment à l'équilibre.