"Nous constatons une baisse dans tous les secteurs, également dans des secteurs durement touchés comme l'horeca et le secteur événementiel", commente la ministre. La baisse, depuis les 1.232.720 chômeurs temporaires du mois d'avril, est un signal positif d'une reprise partielle sur le plan de l'activité économique. 

Cependant, "il faut évidemment attendre de voir quel sera l'impact des nouvelles mesures prises par le Conseil national de Sécurité de fin juillet", tempère la ministre Muylle, via communiqué.

Le 27 juillet, le CNS a en effet décidé d'une réduction de la "bulle" de contacts de chaque foyer et chaque personne, mais aussi d'une limitation plus radicale du public pour des évènements en intérieur (100 personnes) ou en extérieur (200). Le comportement de shopping a aussi été re-réglementé (personne seule sauf exceptions, 30 minutes max.).

Les employeurs à avoir fait usage en juillet du mécanisme de chômage temporaire pour un ou plusieurs de leurs travailleurs étaient au nombre de 61.960, contre 140.647 en avril (-56%). La moyenne de jours de chômage par chômeur temporaire a baissé à 7,3 (14 en avril). Seuls 6,6% des 395.784 chômeurs temporaires du mois dernier, soit 26.183 personnes, ont été écartés du boulot durant le mois entier. 

Une grande part (71.482, ou 18,1%) des travailleurs concernés par le chômage temporaire n'a en réalité été placé sous ce régime qu'un seul jour sur le mois. La proportion de "chômeurs d'un jour" est d'ailleurs de plus en plus grande au fil des mois, depuis avril.